Replay du lundi 21 juin 2021

Le mot du jour : été !

Eh bien nous voilà en train de passer du printemps à l’été, une période qui annonce des vacances pour beaucoup et en tout cas pour les élèves, juste après les derniers jours de cours, les longues grandes vacances.

Un été à Paris
Un été à Paris © Getty

Et c’est ce mot si court, « été » que vous avez souhaité raconter, Jean.

En effet, parce que, juste après la fête de la musique qui, dans le fond, l’ouvre avec panache et joyeusement, vient donc cette superbe période qu’est l’été, et qui, en région parisienne, avec ses parcs, ses bois et forêts, les berges de ses cours d’eau, nous offrent mille plaisirs qu’on peut qualifier d’estivaux. Mais finalement ces trois petites lettres, été, tout comme les mots qui en dérivent, estival, estivant, sont intrigants : d’où viennent-ils? Alors place aux historiens de la langue française pour nous rappeler d’abord, bien sûr, qu’on a deux homonymes, d’une part un verbe, été, en tant que participe passé du verbe être qui lui vient du verbe latin stare, se tenir debout, ayant donné toujours en latin essere d’où est né en français au milieu du IXe siècle verbe être et son participe été, Et puis d’autre part, ce nom délicieux, été, de toute autre origine et de la même famille qu’estuaire

Vous voulez dire, comme l’estuaire de la Seine par exemple ? Là, Jean, il faut nous expliquer parce que ce n’est pas évident.

 En effet. Au tout départ, il y a une racine indoeuropéenne, aidh, désignant le fait de brûler. Du coup dans la filiation, naît le verbe grec aithein, allumer, faire brûler, et le latin aestus, chaleur brûlante, bouillonnement et même agitation des flots, dans l’image même du bouillonnement. De là est né le latin aestas, qui aboutira en français, attesté en 1100, au mot été et, 20 ans plus tard, au mot estival, du latin aestivus. Enfin, du latin aestas est aussi né le mot estuaire, parce c’est l’endroit entre la mer et le fleuve envahi par les eaux qui y bouillonnent, au sens figuré bien sûr. Alors aujourd’hui, pas de précipitation pas question de bouillonner, parce que le 21 juin, c’est d’une part la Journée internationale du yoga et d’autre part celle de la lenteur. Oh oui, ralentissons, c’est l’été… 

Mots clés:
  • Livres