Replay du lundi 26 avril 2021

Le mot du jour : monument

- Mis à jour le

L’artiste japonais Kohei Nawa vient de remporter le concours lancé dans les Hauts-de-Seine, pour doter d’une œuvre monumentale la pointe de l’Île Seguin, à Boulogne-Billancourt, à côté donc de la Seine-Musicale.

Une précédente oeuvre de Kohei Nawa, qui vient de remporter le concours lancé dans les Hauts-de-Seine, pour doter d’une œuvre monumentale la pointe de l’Île Seguin, à Boulogne-Billancourt
Une précédente oeuvre de Kohei Nawa, qui vient de remporter le concours lancé dans les Hauts-de-Seine, pour doter d’une œuvre monumentale la pointe de l’Île Seguin, à Boulogne-Billancourt © Getty

Et monument, c’est le mot que vous avez donc choisi, Jean, d’évoquer ce matin. 

En effet, parce que la région parisienne constitue un véritable trésor de monuments. Ici, la sculpture de Kohei Nawa est censée incarner l’Égalité, pour faire écho à la statue de la Liberté de Bartholdi, au pied du Pont de Grenelle. Elle sera installée à l’été 2022, mais attention, son installation sera spectaculaire, parce qu’elle atteint 25 m de haut, et sera constituée de douze facettes, en écho à la sphère de la Seine Musicale. Ses facettes seront en inox d’un chrome mat légèrement rosé. Un vrai monument donc, en rappelant au passage que monument, vient du latin monstrare, montrer quelque chose, qui a donné monumentum, une construction destinée en effet à faire penser à quelque chose. C’est bien le cas ici.

Je crois, Jean, que cette énorme sculpture porte déjà un nom : Éther. C’est bien ça ? 

Effectivement. Pourquoi Éther ? Sans doute parce que ce mot désignait en grec ce qui fait brûler, ce qui est en feu, mais aussi l’esprit animant le monde entier. Le savant grec Pythagore pensait en effet que le monde était intelligent et que son âme était l’éther. Par ailleurs en termes poétiques, l’éther a aussi signifié l’air le plus pur, les espaces célestes, d’où la voûte du ciel appelée aussi la voûte éthérée. Lorsqu’on qualifie d’ailleurs quelqu’un d’éthéré, on laisse entendre que cette personne est très éloignée des choses terrestres, en somme perdue dans ses rêves. Quant à l’éther, le liquide médical, conçu en Allemagne en 1730, il fut appelé ainsi parce qu’il est volatil et inflammable. Ça tombe bien, le sculpteur signale que son œuvre illustre « la capture de la chute de gouttes à l’état solide » symbolisant aussi la gravité, agissant sur nous tous, comme un symbole d’égalité. C’est un peu trop éthéré pour moi, mais 25 m de haut de gouttes d’eau, ce sera forcément magnifique. 

Mots clés:
  • Livres