Replay du jeudi 8 avril 2021

Le mot du jour : sortie

Parmi les mesures de freinage, on nous incite à prendre l’air, en respectant les gestes barrière bien sûr, plutôt que d’être pour le coup confinés avec d’autres dans un espaces restreint. On nous invite à une sortie dans un parc par exemple.

Par ici la sortie !
Par ici la sortie ! © Getty

Eh bien justement, Jean, c’est le mot « sortie » que vous avez choisi. 

Eh bien oui, et personne ne s’étonnera que je dise que ce mot, attesté en 1400, vient du verbe « sortir » qui, lui, est apparu au milieu du XIIe siècle. Et en fait, c’est l’origine de ce verbe dont on comprend bien le sens qui nous intéresse. D’où vient-il ? En fait, son origine est discutée… Première origine possible, il viendrait du latin surrectus, issu de surgere, qui nous aurait donné d’un côté le verbe « surgir » et de l’autre en se déformant, le verbe « sortir ». Seconde possibilité : il pourrait venir aussi du verbe « sortir », désignant le fait de tirer au sort, issu du latin sortiri, donc fixer quelque chose au sort, en extirpant une boule, d’une urne, et cette hypothèse est celle qui a la faveur des historiens de la langue… Elle me plaît parce que finalement il faut imaginer un sort favorable, voilà on sort de notre logement comme d’une urne et « bingo », on fait une belle promenade. 

C’est vrai qu’on dit aussi qu’on sort un bon numéro par exemple au loto. 

Effectivement. Et puis le mot sortie qui en est issu, apparu en 1400, le fait de quitter un lieu, est toujours susceptible de surprises. Une première définition en 1690 est plaisante : « Transport d’un lieu qui est d’ordinaire clos en un espace plus étendu, ou éloigné ». Avec un exemple rassurant « Ce convalescent a fait aussi aujourd’hui sa première sortie » Mais le suivant est moins prometteur : « Depuis sa sortie de prison, il s’est fait une nouvelle affaire ; il faut payer au geôlier le droit d’entrée et de sortie ». Et puis cet exemple de l’époque : « Ce Prince a voulu dérober sa sortie à ses gens, il est sorti de nuit secrètement ». Ah, si c’est pour rejoindre celle qu’il aime, on lui pardonne. À condition qu’il ait un masque… Ah oui, mais je l’oubliais, on est en 1690 avec ce dictionnaire.

Mots clés:
  • Livres