Les séries France Bleu

Les musicales de l'été

Du lundi au vendredi à 13h30

Crooner et prêcheur, Solomon Burke peut tout chanter.
Crooner et prêcheur, Solomon Burke peut tout chanter. © Getty

La VO de "Everybody needs somebody to love" est ici

Diffusion du lundi 13 août 2018 Durée : 5min

"Everybody needs somebody to love" est repris plus tard par les Rolling Stones et les Blues Brothers, mais en 64, c'est Solomon Burke qui l’a créée.

Solomon Burke est un homme plus grand que nature. Il est fantasque, généreux, grand raconteur d'histoires, un roi. C'est à Philadelphie, la cité de l'amour fraternel, que cet enfant prodige voit le jour. À 7 ans, il est prédicateur dans l'église de sa grand-mère, à 12 ans, il anime sa première émission de radio.  Déjà une vedette, et une voix à faire trembler les murs.

Solomon Burke enregistre ses premiers disques dès le milieu des années 50, mais la musique ne nourrit pas encore son homme, et il s’installe comme entrepreneur de pompes funèbres. Ça marche fort, il a le sens des affaires. Plus tard, il tiendra même un drugstore au slogan accrocheur : « idées, lotions et potions / racines, fruits et bons tuyaux ».   

Mais chez lui, le chant et la musique ne sont jamais loin. En 61, il signe un contrat avec Atlantic, l'ancien label de Ray Charles, et il casse la baraque. En 64, c'est la consécration : un dee-jay le fait « Roi du Rock and Soul ».  « Pas de rock sans âme, pas de soul sans rock », dit celui qui monte désormais sur scène avec une couronne sur la tête, une cape sur le dos et un sceptre à la main.