Replay du mercredi 31 mars 2021

René et la maison abbé Pierre

Il y avait 8 maisons "abbé Pierre", il n'en reste qu'une.

La dernière maison "abbé Pierre" de l'impasse d'Ecosse
La dernière maison "abbé Pierre" de l'impasse d'Ecosse © Radio France - Fred Romanuik

René n'a jamais quitté Canteleu. Il est né à Rouen, certes, mais très vite il rejoint le camp des cantiliens. En ces temps où l'urbanisation n'a pas encore fleurie la colline. A l'époque, Canteleu, c'est à peine 4500 âmes. Aujourd'hui c'est 10000 de plus. On est au milieu des années 50, l'abbé Pierre lance le fameux appel, celui de l'hiver 54. Les températures sont descendues en dessous des -15° cet hiver là. Les indigents sont laissés pour compte. Ils meurent de froid. 8 baraques vont pousser, impasse d’Écosse. Pour eux. Pour qu'ils dorment au chaud. 

Une cinquantaine de gamins dans l'impasse

C'est dans l'une d'entre elle que René grandit. Ils sont 9 entre ces 4 murs d'une quarantaine de mètres carrés. C'est petit mais ça n'est pas si spartiate. Ils ont les toilettes et un évier dans la cuisine. C'est bien. Et puis il y a de la vie. Une cinquantaine de gamins se retrouve dans l'impasse avant de s'échapper dans le pré attenant. Là où ils peuvent laisser libre cours à leurs rêves de conquêtes et d'aventures. 

Le pré aux gamins
Le pré aux gamins © Radio France - Fred Romanuik

66 ans ont passé. René a fait sa vie. Il a quitté l'impasse, mais jamais Canteleu. Dans les immeubles qui ont fini par pousser, il sort les poubelles. Ses poubelles, il en rêve la nuit. Parce qu'il a le sens du devoir, il aime le travail bien fait. Il rêve aussi de son impasse. C'est là qu'il veut passer sa retraite; ses parents y ont vécu jusqu'au bout, eux. 

Une maison dans son jus

Son père est parti. Puis sa mère. Il ne reste qu'une des baraques. Celle où sa mère a fini ses jours. Quand elle est partie, avec la fratrie il n'ont pu se résoudre à lâcher la maison. Et ils continuent à payer le loyer, les factures d'eau et d'électricité. Depuis tant d'années. 

Depuis leur départ, rien n'a bougé dans la maison des parents de René
Depuis leur départ, rien n'a bougé dans la maison des parents de René © Radio France - Fred Romanuik

Retour au bercail

Et, le rêve de René devient réalité. La maisonnette plantée en face de celle de ses parents est à louer. Dorénavant, sa maison abbé Pierre, il  la tient à l’œil. Chaque matin il ouvre pour aérer. Il entretient les modestes massifs... Et parfois, ils s'y retrouvent en famille, pour boire un canon ou partager un repas. Parce que rien n'a bougé chez ses parents. Elle est restée en l'état. Les poupées de sa mère trônent sur le lit, une gamelle est posée sur le feu... 

Si maman revient, elle ne sera pas dépaysée.

Fondation abbé Pierre

La maison de René, face à celle de son enfance
La maison de René, face à celle de son enfance © Radio France - Fred Romanuik
Mots clés: