Replay du mardi 9 février 2021

Nouméa, de vacancier à expat, les débuts de Sacha

- Mis à jour le

Depuis 2013, année de son arrivée à Nouméa en famille, la vie de Sacha Benisti a bien Changée. Ce Normand originaire de Jullouville-les-pins est passé de vacancier à expat et nous raconte ses débuts en Nouvelle Calédonie.

la baie de St Maurice sur l'ile aux Pins Nouvelle-Calédonie
la baie de St Maurice sur l'ile aux Pins Nouvelle-Calédonie © Getty

Quand on arrive dans le Pacifique sud, il y a une tradition que les Calédoniens aiment à perpétuer « Quand quelqu’un vient vous chercher en tout cas, il y a le collier de fleurs qui vous attend avec toutes les odeurs qui vont avec. »  C’est donc auréolé de son collier de fleurs que Sasha, notre Normand se jette dans le Lagon. Passionné de sport de glisse et de surf, Sacha ne serait que trop nous conseiller les vagues de Nouméa. « On a des vagues de renommée internationale ici,» et si on rajoute à ça la plongée, le parapente et les nombreux treks de l’ile, c’est le paradis des sportifs.

Les originaires de l'ile prioritaires sur les emplois

Mais l’objectif de nos Normands n’est pas uniquement de profiter des richesses de l’ile, mais aussi d’y construire un avenir. C’est Sandrine, la femme de Sacha, qui trouve la première un poste pour permettre à la petite famille de trouver un toit :« On est arrivé avec deux filles en bas âge, il faillait assurer un minimum». Une fois la question du logement réglée, Sacha se met en quête de se trouver lui aussi un avenir professionnel. 

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

La Nouvelle-Calédonie a beau être un Collectivité d’Outre Mer, une loi favorise l’emploi des Natifs ou dépend des « zoreilles ». Sacha se dirige donc vers l’entreprenariat et au gré des rencontres, fait la connaissance de Francis, technicien diplômé dans le domaine de la miroiterie vitrerie : « il avait besoin de quelqu’un pour développer son activité. Je lui ai proposé de monter une société. Moi je m’occupe de la gestion et du commercial, lui de la technique, et me voilà parti dans cette aventure.» Une première expérience à l’autre bout du monde qui sera un succès et qui permettra à notre Normand d’aller de l’avant. 

Mots clés: