Replay du lundi 12 avril 2021

Lausanne : parole d’expat avec Marion Pacary, jeune sommelière normande

- Mis à jour le

En 2017, Marion Pacary, originaire de Saint-Lô dans la Manche, fait le pari d’aller exercer son métier de sommelière de l’autre coté des Alpes à Lausanne sur les bords du lac Léman. Un pari gagnant et une belle découverte.

Lausanne sur les bords du lac Léman
Lausanne sur les bords du lac Léman © Getty

Hasard, bougeotte et opportunité professionnelle, c’est un peu cet assemblage qui a décidé Marion Pacary, il y a 4 ans, à prendre ses valises et traverser la chaine des Alpes pour exercer son beau métier de sommelière en Suisse : « J’étais à Caen à l’époque. J’avais envie d’un souffle nouveau on va dire, et puis il avait une offre d’emploi qui était assez intéressante. Alors au tout début, c’était à Neuchâtel, toujours en suisse romande, mais dans le canton un petit peu plus loin. »

La claque au niveau des paysages

L’escale neuchâteloise, est de courte durée. Rapidement Marion trouve un poste dans le premier bar « crowdfunding » de Suisse, à Lausanne : « C’était un financement participatif. Ça s’appelait, TA CAVE. C’était une super adresse parce que chacun se sentait un peu comme à la maison, chacun avait mit sa Pierre à l’édifice.» Depuis, notre normande a de nouveau changé d’établissement et travaille comme sommelière à « L’Etoile Blanche » une institution lausannoise.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Si Marion n’avait jamais mis les pieds en Suisse avant d’y travailler, elle garde une très belle image de ses premiers pas en pays vaudois. «  La claque au niveau des paysages, et puis les suisses sont super gentils, super chouettes, très accueillants. Un peu frileux avec les frontaliers on va dire, mais moi ça va. J’avais fait l ‘effort de traverser la France pour venir jusqu'à eux, donc ils me pardonnaient le fait d’être française. » Passé cette première approche, et le cout de la vie helvétique «  4 euros une baguette de pain ,» Marion s’intègre parfaitement à la « Swiss way of life » au point même de trouver la fondu suisse meilleure que la fondue savoyarde. 

Mots clés: