Replay du jeudi 22 avril 2021

Naples : pour Flaubert « Le soleil même en est amoureux »

- Mis à jour le

C’est dans le vieux Naples que nous retrouvons Philippe Vilain notre écrivain d’Evreux. Ce passionné de littérature, évoque pour nous son travail, et Flaubert à l’occasion du bicentenaire de la naissance de l’auteur de « Madame Bovary ».

Lever du soleil sur Naples vu du balcon de Sant'Antonio
Lever du soleil sur Naples vu du balcon de Sant'Antonio © Getty

Philippe Vilain est notre «  Normand du bout du monde » cette semaine sur France Bleu Normandie. Avec lui nous découvrons Naples, la troisième ville d’Italie qu’il habite depuis 4 ans. Depuis les bords de la Méditerranée, notre ébroïcien continue son activité d’écrivain et d’éditeur : «  Je dirige la collection « Narratori Francesi Contemporanei » chez Gremese Editore à Rome.» Grâce à cette maison d’édition, Philippe fait traduire en italien des auteurs contemporains français.

FLaubert, c'est l'écrivain de l'écriture

Si l’écrivain d’Evreux s’est installé à Naples, ce n’est pas pour y trouver l’inspiration : « je ne fonctionne pas à l’inspiration de toute façon, je crois beaucoup à la valeur du travail...  Comme tous les paresseux je travaille beaucoup, c’est mon remède. » Mais Philippe le reconnaît de lui-même, vu la beauté des paysages qui l’entourent, il aura tendance à vouloir aller se promener plutôt que de s’enfermer pour d’écrire. 

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

En cette année 2021 qui célèbre le bicentenaire de la naissance Gustave Flaubert, Philippe Vilain nous rappelle tout le talent de cet auteur majeur de la littérature française qui l’accompagne depuis les bancs de l’université de Mont Saint Aignan : « Flaubert c’est l’écrivain du style, l’écrivain de l’écriture, au sens où il nourrit le fantasme de faire un livre sur rien, ce qui comble aujourd’hui mes idéaux de la littérature. » Et comme un clin d’œil, « L’étreinte », le premier des 11 romans de Philippe Vilain : « s’ouvre sur une entrée au musée Flaubert, » le musée de Rouen situé dans la rue Lecat que notre « Normands du bout du monde » a habité dans sa  jeunesse.

Mots clés: