Replay du vendredi 30 avril 2021

Melbourne , Thomas Mercier loin des saveurs Normandes

- Mis à jour le

Installé à Melbourne au sud de l’Australie depuis 2018, Thomas Mercier, aujourd’hui Web Designer revient pour les « Normands du bout du monde » sur ses années Normandes entre saveurs, lectures et radios.

Interview complète de Thomas Mercier avec Sylvain Geffroy pour " Les Normands du bout du monde" de France Bleu Normandie
Interview complète de Thomas Mercier avec Sylvain Geffroy pour " Les Normands du bout du monde" de France Bleu Normandie © Radio France - Sylvain Geffroy

Thomas Mercier est Normand d’adoption, mais garde beaucoup d’attaches et de souvenirs de son passage entre Evreux et Rouen. A 16 000 kms de chez nous, depuis Melbourne, il nous commence par évoquer avec nous son passé d’animateur radio : « j’écoutais Doc et Difool sur Fun Radio. A l’époque et j’avais envie de faire la même chose, donc j’ai fait de la radio. J’ai commencé comme animateur sur une radio associative qui n’existe plus, c’était rue Tatin à Louviers, et ça s’appelait Radio Pomme. Ça ne s’invente pas. » Un parcours à l’antenne qui se poursuit sur Fun radio à Evreux, puis à Europe 2 à Rouen et RFM avant de changer de voix.

la Normandie est sûrement une des plus belles régions de France

Aujourd’hui notre quadra est web designer dans une entreprise de vélo à Melbourne. Un parcours professionnel et une nouvelle vie de famille très épanouissante à 16000 kms de la Normandie. Le Département de l’Eure, dans lequel Thomas a encore des attaches et certaines connaissances communes avec l’auteur Michel Bussi : « je suis un énorme fan de ses livres, et ça me permets de me faire une petite injection Normande. » Si Thomas peut dévorer les best-sellers de Michel Bussi en Australie, il n’a pas pu emmener dans ses bagages les couleurs de notre région : " la Normandie est sûrement une des plus belles régions de France. Ça respire,  il y a une puissance que l’on n’a pas ailleurs. »

Avant de laisser notre amoureux de la Normandie à son quotidien Australien, un dernier salut aux Ebroïciens. Certains que Thomas a même croisé chez lui à Melbourne : « j’ai rencontré un restaurateur d ’Evreux qui s’appelle Philippe Mouchel. Ça fait trois ans que je le croise régulièrement, et on se dit souvent qu’il faut qu’on se fasse une vraie escalope Normande mais il faut la bonne crème fraiche d’Isigny ». Et même si l’Australie a de nombreux atouts, dans l’assiette rien ne vaut un bon chef normand et un camembert, pour se rappeler la maison et difficile à trouver au pays des kangourous. 

Mots clés: