Replay du vendredi 27 novembre 2020

Geoffroy Ira Singapour " J'aimerais bien voir le maire de Rouen, car il m'a aidé à exporter 2000 masques"

- Mis à jour le

C’est au cœur de la cité état de Singapour que notre voyage avec « les Normands du bout du monde » nous conduit cette semaine. Nous y retrouvons Geoffroy Ira, un rouennais de 39 ans qui y vit depuis 10 ans, avec sa femme et son jeune fils.

Geoffroy Ira et Sylvain Geffroy
Geoffroy Ira et Sylvain Geffroy © Radio France - Sylvain Geffroy

« C’est vraiment un projet que j’avais depuis un certain nombre d’années. Depuis mes études, j’avais envie de découvrir le monde … » Partir loin de sa Normandie n’est pas le fruit du hasard, mais bel et bien un projet mûrement réfléchit pour Geoffroy Ira. Rouennais de 29 ans à l’époque, il s’inscrit auprès de la banque française pour laquelle il travaille pour intégrer une équipe et rejoindre Singapour.

A force de persévérance, il touche au but : « On m ‘a dit, et bien voilà, c’est le moment, tu pars la semaine prochaine. » L’histoire de notre normand est en route.

De passer du « rêve de partir », au vrai départ est souvent synonyme de vertige. Ce vertige, notre rouennais l’a senti, d’autant que dans l’équation, Geoffroy fait entrer au même moment Virginie, normande elle aussi, dans sa vie. Il ne le sait pas encore à leur première rencontre,  mais celle qui va devenir la future mère de leur fils, va prendre le même vol pour la péninsule Malaise.

« Une fois sorti de l’aéroport, ce sentiment de voir des arbres comme dans Jurassic parc » . Passé le premier choc (chaleur/ paysages), Geoffroy et Virginie s’installent. Notre Rouennais doit redoubler d’efforts pour adapter son anglais « so french » à  la mode singapourienne, mais l’adaptation est facilitée pour la cité état, qui est un modèle du genre. 

Singapour, c’est l’expatriation clé en main

Aujourd’hui Geoffroy est co-fondateur de « Autumn »,  une start up qui offre des solutions financières via une application mobile.  Une évolution professionnelle,  qu’il partage avec sa vie de papa car, il y a 6 ans, nos deux normands on eu la chance de devenir parents d’un petit garçon,  qui aujourd’hui s’épanouit au chant du cop, non loin de l’un des centre ville les plus prisé au monde, de part sa situation de « plaque tournante » du business international.

Et là,  vous avez le sentiment d’avoir la mondialisation en face de vous

« Je viens de lancer une entreprise, la question de renter en France ne se pose pas». Pour Geoffroy et sa famille, pas de retour à l’horizon, même si les actualités françaises de ses dernières années et de ses derniers mois rendent l’éloignement plus dure à vivre.  

Le fait aujourd’hui que Singapour contrôle la crise COVID, voit le bout tunnel et commence à dessiner la reprise économique, donne le moral à notre « Normand du bout du monde », qui ne manque pas une occasion de rappeler ses origines normandes à ses collègues entre la Marina Bay et les chili crabs de Singapour.  

Mots clés: