Replay du mardi 12 janvier 2021

Tamatave : visite de la ville portuaire de Madagascar avec notre expat

- Mis à jour le

Depuis septembre Julien le Gouguec, rouennais d’adoption, habite sur l’ile de Madagascar avec sa femme et ses deux filles. Notre prof de français nous présente la ville de Tamatave qui l’accueille, sa maison et le Lycée français ou il enseigne.

porte-conteneurs en approche du port de Tamatave
porte-conteneurs en approche du port de Tamatave © Getty

Bienvenue sur les bords de l’océan Indien, sur la côte est de Madagascar dans la cité portuaire de Tamatave . C’est là que Julien Le Gouguec et sa famille ont élu domicile  l’été dernier. Tamatave, c’est le poumon économique de Madagascar, grâce à son un grand port de commerce. Une belle ville de plus de 300 000 habitants en bord de mer et au climat tropical humide. Selon Julien, les habitants ici disent « il n’y a deux saisons : la saison des pluies, et la saison où il pleut.» 

Une maison jaune, au cœur d’un jardin extraordinaire 

En arrivant en septembre sur l’ile, les « Le Gouguec » ont été accueilli chaleureusement par le personnel de l’AEFE (l’Agence de Etablissements Français à l’Etranger) qui leur a permis de s’installer au plus vite dans la maison qu’ils habitent aujourd’hui. Une belle maison jaune où il faut bon vivre, et entourée d’un merveilleux jardin tropical. Entre les bananes, les letchis, les ananas, les mangues, et les avocats, les fruits ne manquent pas. Et en plus de toutes ces richesses et autres saveurs, quelques bougainvilliers, hortensias et autres perles des tropiques : « On a ces arbres très beaux de l’océan indien qui s’appellent des Flamboyants qui sont Magnifiques… C’est vraiment très agréable de vivre au milieu de ce jardin extraordinaire »

Après un bon café matinal dans cet environnement naturel exceptionnel, la petite famille  prend la direction du Lycée Français de Tamatave où Julien et sa femme sont enseignants dans le secondaire. Et avant de faire l’appel, il déposent leurs deux filles  dans les classes primaires et maternelles de cette grande cité scolaire : « C’est très pratique, on va tous à l’école ensemble.» 

Mots clés: