Replay du jeudi 21 janvier 2021

Bucarest : Covid, un entrepreneur normand face à la crise

- Mis à jour le

En mars dernier, toute l’Europe est touchée de plein fouet par la CODIV-19. Des mesures sanitaires appliquées en Roumanie et à Bucarest avec lesquelles, Marc Pascal Huot, entrepreneur rouennais a dû composer.

L'industrie, l'un des piliers de l'économie en Roumanie
L'industrie, l'un des piliers de l'économie en Roumanie © Getty

En 1990, Marc Pascal Huot est envoyé en Roumanie ouvrir un Duty free. C’est le début de l’aventure pour ce rouennais avide de découvrir d’autre cultures.  30 ans plus tard, âgé de 56 ans le voilà à Bucarest la tête d’un cabinet de conseil pour accompagner les entreprises françaises dans les pays de l’Est, et de deux usines de mécano soudure : « l’industrie a toujours été très forte en Roumanie. Maintenant, on a l’industrie automobile, l’industrie du bois, la confection et l’industrie métallurgique,» avec l’émergence également du « digital » en plein boom dans les pays de l’Est.

On n’a jamais arrêté de travailler

Au printemps dernier, lors que la crise sanitaire du Covid arrive en Europe, elle touche aussi la population et le système hospitalier roumain. Le gouvernement prend alors des mesures de confinement ainsi la fermeture de ses frontières. Selon Marc, ces fermetures sont toujours actives : « 52 pays sont toujours interdits en Roumanie, dont la France, dont l’Allemagne, dont l’Espagne. Donc, il y a un gros problème de réciprocité européenne. »   

Aujourd’hui, la Roumanie ne dépasse pas les 3000 cas par jour, même si la deuxième vague a aussi frappé le pays en novembre. Une crise qui n’a pas affecté l’activité professionnelle de Marc. Pour notre normand, le travail ne s’est jamais arrêté « le discours en Roumanie était : continuez tout ce que vous pouvez. » C’est dans ce contexte, que les premiers vaccins sont arrivés dans un pays où les résistances sont nombreuses. Selon Marc : « Ils ont vraiment peur entre la 5G, Microsoft et ça, qu’on leur mette une puce dans la tête, et ça c’est un gros problème. »

Mots clés: