Replay du lundi 25 janvier 2021

Tokyo, le choix de Fréderic Madelaine il y a 22 ans

- Mis à jour le

Originaire de Caen, le Chef pâtissier Frédéric Madelaine a fait le choix de s’installer en 1999 à Tokyo au Japon. 22 ans après, il revient sur ses premiers jours à 10 000 kilomètres de la Normandie.

le centre de Tokyo avec en fond les neiges du mont Fuji
le centre de Tokyo avec en fond les neiges du mont Fuji © Getty

Le mois de janvier au Japon est LE mois du chocolat. A Quelques jours du salon qui lui est dédié chaque année à Tokyo, nous saluons un de ses artisans, Frédéric Madelaine, chef pâtissier normand de 55 ans, venu développer le savoir-faire français il y à 22 ans au pays du soleil levant. C’est en travaillant auprès d’un grand chef trois étoiles que Fréderic découvre le Japon en 1992 : « lors que j’ai quitté ce grand chef qui s’appelait Marc Meneau, je suis retourné à mes premières amours, C’est à dire la pâtisserie de boutique. Je suis rentré dans une grande maison à Paris qui s’appelle Dalloyau, et Dalloyau m’a envoyé au Japon. » 

La première bonne surprise , la politesse, le respect des gens

A partir de ce moment-là, Fréderic devient ambassadeur de la marque Dalloyau au Japon. « Mon premier repas c’était dans un restaurant français. Ils ne voulaient peut-être pas me choquer culturellement. » Seul français chef pâtissier pour 250 japonais, « Il y avait quand même de l’appréhension ». Heureusement pour notre normand, certains des collaborateurs parlent français, ce qui d’ailleurs ne l’a pas aidé dans l’apprentissage de la langue au départ.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

De ces premiers jours d’expat au Japon, Fréderic garde en mémoire l’accueil des Japonais et 22 ans plus tard, salue encore leur politesse, leur sens du respect et leur humilité : « Ils ne vont pas se mettre d’abord en avant. Ils vont mettre une chose en avant, un groupe en avant, mais rarement personnellement. » Et pourtant, certains restaurateurs d'Hokkaïdo  peuvent se vanter de cuisiner les meilleurs sushis du monde, l’un des plaisirs de notre chef pâtissier Normand.

Mots clés: