Replay du mercredi 27 janvier 2021

Tokyo : la famille « made in Japan » de Frédéric Madelaine

- Mis à jour le

Originaire de Caen, Fréderic Madelaine a choisi il y a 22 ans de s’installer à Tokyo au Japon. Arrivé seul, ce Chef Patissier a fondé là-bas une famille avec une japonaise. Une Belle histoire qu’il raconte pour « Les Normands du bout du monde ».

Drapeau Japonais sur fond de Tokyo
Drapeau Japonais sur fond de Tokyo © Getty

C’est lors d’une dégustation dans un grand magasin que Frédéric Madelaine rencontre, il y a plus de 15 ans, une  jeune dentiste japonaise passionnée par la culture française et parlant un peu la langue de Molière : « elle m’a dit je m’appelle Japonaise,  je suis Atsuko ». Si tout n’est pas dans le bon ordre, le charme opère. Et quelques mois plus tard, quand Fréderic a besoin d’un dentiste, la carte de visite d’Atsuko fait le reste. 

J’étais dans les premiers, et on ne savait pas comment évoluait la maladie

De leur union vont naitre deux enfants aujourd’hui âgés de 8 et 15 ans. Si toute la famille par le japonais, à la maison, quand papa rentre le français prend le dessus. Une langue que maitrise leur fils ainé scolarisé dans un lycée français, en revanche plus compliqué pour la petit dernière qui n’a pas encore eu le déclic : « elle me parle en japonais, elle comprend le français , ou alors elle me parle en anglais , c’est marrant » 

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

En Mars dernier, la famille de Frédéric a vécu de l’intérieur la crise Covid. Notre Normand a été un des premiers malades. Cinq semaines sans pouvoir s’occuper  ses boutiques dont deux à l’hôpital de Tokyo : «  Psychologiquement déjà c’est pas très marrant, parce  j’étais dans les premiers ici  et on ne savait pas comment évoluait la maladie. » Heureusement  Fréderic n’a pas eu besoin d’assistance respiratoire et aujourd’hui il va bien, mais reconnait : «  je récupère beaucoup moins bien qu’avant. »

Mots clés: