Replay du jeudi 28 janvier 2021

Tokyo, la réussite du Chef pâtissier Fréderic Madelaine

- Mis à jour le

Arrivé en 1999 comme ambassadeur de la prestigieuse marque Dalloyau au Japon, le Chef pâtissier Frédéric Madelaine, a depuis crée ses propres boutiques dans le centre ville de Tokyo. Focus son parcours.

Les célèbres cerisiers de Tokyo
Les célèbres cerisiers de Tokyo © Getty

Vivre au Japon, c’est vivre aussi selon les codes des japonais. Parmi les passages obligés, surtout si l’on veut évoluer professionnellement, il y a  « la carte de visite ». Depuis Tokyo, notre Normand Frédéric Madelaine nous le confirme «   on parlait des  réseaux sociaux,  la carte de visite  c’est un petit bout de papier, mais les japonais y restent  très attachée. C’est un sorte de sésame.» entre la façon de la présenter et de la déposer à ses interlocuteurs, attention à ne pas ne mas commettre d’erreurs.

Au Japon, il est très difficile pour un étranger  d’ouvrir sa propre société 

Arrivé sur le sol nippon en 1999 comme chef pâtissier et ambassadeur de la marque Dalloyau à Tokyo, Frédéric à depuis 2005   crée ses propres boutiques. La maison « Le Pommier » dans le centre Tokyo c’est 2 boutiques et un café sur l’avenue Omotesando, les « Champs Elysée » de la ville. Comme le répète notre normand : «  ça c’est pas fait tout seul non plus, il y a une question de volonté, de travail, il y a aussi un petit facteur chance. » 

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Au Japon, il est très difficile d’ouvrir sa propre société. Heureusement,  Frédéric à pu compter sur l’appuie de son épouse nippone, gage de confiance notamment pour les banques japonaises. Si aujourd’hui les boutiques du caennais jouissent d’une belle notoriété à Tokyo, c’est aussi parce que l’intérêt des japonais pour la pâtisserie française c’est considérablement développé. Et dans les boutiques de Frédéric, la spécialité  de la maison fait mouche. «  ça s’appelle Le Pommier : c’est une dacquoise à la noisette avec une mousse de pomme verte, une pomme sautée et une ganache au chocolat

Mots clés: