Replay du vendredi 29 janvier 2021

Tokyo, Frédéric Madelaine, l’atout normand

- Mis à jour le

Le Chef pâtissier Frédéric Madelaine revient pour « Les Normands du bout du monde » sur son rôle d’ambassadeur normand auprès de la communauté japonaise depuis Tokyo.

l'interview complète de Frédéric Madelaine avec Sylvain Geffroy
l'interview complète de Frédéric Madelaine avec Sylvain Geffroy © Getty

Depuis son arrivée il y a 22 ans, Frédéric Madelaine n’a jamais cessé de véhiculer le savoir-faire français à Tokyo en tant que Chef pâtissier pour Dalloyau dans un premier temps, et ensuite comme chef d’entreprise. Avec deux boutiques et un café dans le centre ville, notre caennais est aujourd’hui un incontournable de la gastronomie française au Japon. En appelant ses établissements « Le Pommier », il a aussi   voulu mettre avant ses racines normandes : « j’ai récupéré de la tomette normande qui avait plus de 200 ans. Je l’ai importé par bateau à Tokyo. J’ai de la tomette au magasin.» 

On doit faire rayonner notre pays

La vie de Frédéric est au Japon, mais comme chaque expatrié, il essaie de revenir sur ses terres de France dès qu’il le peut. Si aujourd’hui les attaches dans le Calvados sont moins importantes que par le passé, notre Chef pâtissier n’oublie pas de se rendre dans les lieux qui lui sont chers et où il a ses petites habitudes : « je dors toujours dans le même hôtel à Honfleur, et puis  je me fais toute la côte jusqu'à Arromanche. Et puis après je descends sur Caen. »

Pour le Chef Madelaine, être ambassadeur de sa région tombe sous le sens. C’est un devoir doit animer n’importe quel français qui a décidé de vivre à l’étranger : « On doit essayer de faire rayonner notre pays et le territoire que l’on aime. » Et quand en notre Normand à le mal du Pays, il peut toujours reprendre une vieille recette de «Teurgoule » en hommage à sa Normandie et devant un bon film d’Hitchcock.

Mots clés: