Replay du dimanche 4 avril 2021

Quand Nancy fermait ses maisons closes... une petite révolution

- Mis à jour le

Bien avant le biopic de Netflix sur "la maquerelle de la République" (Madame Claude), il y eut le biopic sur "la veuve qui clôt", la Lorraine Marthe Richard (interprétée par Edwige Feuillère), prostituée, aviatrice, espionne, comédienne, avant de faire fermer les maisons closes le 13 avril 1946

Un excellent livre sur le sujet, par Régis Latouche, paru aux Editions Gérard-Louis
Un excellent livre sur le sujet, par Régis Latouche, paru aux Editions Gérard-Louis

Marthe Richard naît à Blâmont en 1889, dans une famille modeste. Sa maman est domestique, son papa est ouvrier en brasserie. La jeune fille est rebelle et s'enfuit à Nancy. Elle n'a que 16 ans lorsqu'elle est ramassée pour la première fois par la police des mœurs et inscrite au fichier des prostituées. Elle vend ses charmes dans les bordels à soldats. Mais la jeune femme est têtue... et ambitieuse, elle quitte vite l'univers glauque des boxons militaires. Elle additionne les hommes, maris et amants, ne piochant pas dans le prolétariat. Elle fut même la maîtresse d'un président du Conseil très reconnaissant puisqu'il la fera décorer, "pour services rendus aux intérêts français", de la Légion d'honneur. Cette Meurthe-et-Mosellane à la vie trépidante laisse son nom dans l'histoire avec la fermeture des maisons closes, en 1946. Il y avait alors près de 1500 maisons de tolérance en France, des plus huppées aux plus sordides. Bien avant 1946, la ville de Nancy, sous la pression d'un groupe "d'abolitionnistes" ferme ses lupanars. Nous sommes en 1931 et c'est une petite révolution, courte, où beaucoup s'attachent à contourner le décret municipal pour que perdure ce commerce très lucratif. Nancy (comme Metz ou Strasbourg) ont des relations particulières avec l'univers de la prostitution. C'est ce que souligne Régis Latouche, directeur de l'Institut Européen de Cinéma et d'Audiovisuel (IECA) à l'Université de Lorraine, dans son livre (passionnant) La Lorraine des petites vertus (éditions Gérard-Louis) : "(...) Dans un de ses derniers écrits, Alphonse Boudard révèle la particularité lorraine : "Nancy, Toul, Verdun avant le déluge d'acier de 1916... et qui dit ville de garnison dit claques, bordels, boxons... filles qui racolent aux abords de la caserne"". Régis Latouche cite aussi le cas d'un bordel d'Epinal, "chanté par Robert Desnos en 1919 dans son recueil de poèmes, Prospectus" et "décrit par Raymond Queneau en 1933, dans son roman Le Chiendent : "47 rue Thiers, le boxon le plus cher, le plus célèbre, le mieux côté d'Epinal. Trente femmes sages comme des images y travaillaient avec application" (...)".  

Edwige Feuillère interprète Marthe Richard dans un film sorti sur les grands écrans en 1937
Edwige Feuillère interprète Marthe Richard dans un film sorti sur les grands écrans en 1937
Mots clés: