Replay du jeudi 1 janvier 1970

Routes de l'Isère

Mis à jour le

Le chef d’orchestre Patrick Souillot, qui est aussi le directeur artistique de « La Fabrique Opéra », nous emmène découvrir les lieux qui comptent pour lui en Isère, à moins d’un mois des représentations au Summum de Grenoble de l’opéra « Nabucco » de Verdi…

Les routes de l'Isère 2012-2013
Les routes de l'Isère 2012-2013

C’est une route très musicale que nous vous proposons de parcourir cette semaine aux côtés d’un chef d’orchestre atypique. Son nom ? Patrick Souillot…   Né en 1964 à Besançon, sa vocation pour la musique lui est venue très tôt, alors qu’il n’a pas 7 ans, en partie grâce au célèbre pianiste, compositeur et chef d’orchestre Leonard Bernstein, celui à qui l’on doit notamment la comédie musicale « West Side Story »… Dès lors, le jeune Patrick Souillot n’a eu de cesse de faire de la musique : d’abord en apprenant le basson, puis en commençant à diriger des orchestres. Après avoir fait le Conservatoire National Supérieur de Paris, il devient même le plus jeune professeur de direction d’orchestre diplômé en France…   Depuis, Patrick Souillot a dirigé grand nombre d’orchestres internationaux prestigieux (dont le célèbre London Symphony Orchestra), il a assisté Leonard Bernstein à Vienne, Munich ou encore Amsterdam, il a accompagné des solistes célèbres comme l’organiste Marie-Claire Alain ou le pianiste François-René Duchâble et, en 1989, il commence une longue collaboration avec l’Orchestre Symphonique Universitaire de Grenoble (devenu depuis « l’Orchestre »), ce qui l’amènera à s’installer en Isère en 1996.   Chef d’orchestre très éclectique dans ses choix musicaux (il s’est essayé au cabaret aussi bien qu’à la musique de film), Patrick Souillot n’a pas peur de se lancer dans des projets ambitieux, comme la présentation d’opéras célèbres devant le plus grand nombre au Summum de Grenoble avec « La Fabrique Opéra »… Cela fait plusieurs années que ça dure et, après « Carmen » il y a deux ans et « Aîda » l’année dernière, il dirigera «  Nabucco » de Verdi, du 15 au 19 février prochain devant un public isérois qui répond largement présent.   En attendant, c’est sur les routes de ses passions qu’il nous emmène cette semaine, d’Allevard les Bains à Corrençon en Vercors, en passant par Grenoble et St Martin d’Hères…

Mots clés: