Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Les séries France Bleu DOSSIER : Folie Bonbons

Folie Bonbons - Sucre d'orge de Moret

mardi 29 mars 2016 à 19:05 Par Atelier de création Grand-Ouest et Capucine Frey, France Bleu

Au 17ème siècle, non loin de Fontainebleau, les religieuses bénédictines installées au prieuré de Notre-Dame-des-Anges soignent les malades de la toux, des maladies de gorge et de poitrine avec un bonbon de sucre de canne aromatisé et coloré à l’orge.

Sucre d'orge de Moret © Sucre d’orge des religieuses de Moret
Sucre d'orge de Moret © Sucre d’orge des religieuses de Moret

Il s'agit d'un orge perlé (débarrassé de l’enveloppe adhérente et du son) et additionné de vinaigre pour en empêcher la cristallisation. Ce Sucre d’orge des religieuses de Moret © a rapidement les faveurs de la Cour, surtout pendant le règne de Louis XIV. Lors de ses séjours au château de Fontainebleau, la famille royale visite les religieuses pour faire provision de ces petits bonbons en forme de cœur. Comme ils ont la réputation de soigner les maux de gorge, ils deviennent les alliés précieux des grands orateurs religieux de l’époque, tels Bossuet, Massillon, Bourdaloue.

Le prieuré disparaît avec la Révolution en 1792. Heureusement, une religieuse de l’ancien prieuré, une certaine sœur Félicité, revient à Moret après en avoir été chassée et reprend la fabrication du fameux sucre d’orge avec l’aide d’une demoiselle Bérault. Le secret de fabrication et les ustensiles seront confiés en 1853 aux Sœurs de la Charité de la même ville.

Le secret de fabrication confié en 1853 aux sœurs de la Charité de Moret.

C’est alors une renaissance pour cette confiserie toujours vendue dans des petites boîtes métalliques. Ce sucre cuit de couleur jaune ambre doré est proposé sous deux formes :

  • un berlingot légèrement aplati et transparent marqué d’une croix et des initiales « R » et « M » signifiant « religieuses de Moret »
  • ou un bâtonnet un peu renflé et translucide. C’est la forme la plus connue, longue de 10,5 cm sur 1 cm de large pour un poids d’environ 10 g, qu’on extrait d’un Cellophane® décoré d’une bague rouge et or pour le suçoter. La comédienne Sarah Bernhardt en raffolait.

Depuis 2012, la Maison « Des Lis Chocolat » propriétaire de la société, perpétue cette tradition. Mais la recette est toujours secrète avec ou sans orge perlé ?

Katherine Khodorowsky

Ecoutez l'histoire du sucre d'orge de Moret-sur-Loing

Vous pouvez podcaster la série sur Itunes ou la suivre via le flux Rss.