Émissions Toutes les émissions

Les Spécialistes du Limousin

12min

Marx et la poupée de Maryam Madjidi, coup de coeur d'Aurélie

Par le vendredi 13 janvier 2017
Podcasts : iTunes RSS
Marx et la poupée de Maryam Madjidi aux éditions Le nouvel Attila, sorti le 12 janvier 2017 / Photo de couverture : Arthur Tress - children's nightmare
Marx et la poupée de Maryam Madjidi aux éditions Le nouvel Attila, sorti le 12 janvier 2017 / Photo de couverture : Arthur Tress - children's nightmare - ©Maryam Madjidi FB

Marx et la poupée oscille entre conte poétique et récit autobiographique, enfance iranienne et jeunesse parisienne.

Les spécialistes avec Aurélie de la librairie "page et plume " de Limoges. Elle nous fait découvrir le roman de Maryam Madjidi " Marx et la poupée " aux éditions Le Nouvel Attila

Depuis le ventre de sa mère, Maryam vit de front les premières heures de la révolution iranienne. Six ans plus tard, elle rejoint avec sa mère son père en exil à Paris. À travers les souvenirs de ses premières années, Maryam raconte l’abandon du pays, l’éloignement de sa famille, la perte de ses jouets – donnés aux enfants de Téhéran sous l’injonction de ses parents communistes -, l’effacement progressif du persan au profit du français qu’elle va tour à tour rejeter, puis adopter frénétiquement, au point de laisser enterrée de longues années sa langue natale. Dans ce récit qui peut être lu comme une fable autant que comme un journal, Maryam Madjidi raconte avec humour et tendresse les racines comme fardeau, rempart, moyen de socialisation, et même arme de séduction massive.

l'auteure Maryam Madjidi - Aucun(e)
l'auteure Maryam Madjidi - ©Gregory Augendre-cambon

Je voudrais me taire quand on me demande mes origines. Je voudrais raconter autre chose, n’importe quoi, inventer, mentir. Je voudrais aussi qu’on me pose d’autres questions, des questions inattendues, déroutantes, même absurdes, qu’on me surprenne. Et en même temps, je me vautre dans mon petit monde exotique et j’en tire une fierté jouissive. La fierté d’être différente. Mais toujours cette gêne, cette voix intérieure qui me rappelle que tout ça ce n’est pas moi, que je me cache derrière un masque, celle de l’exilée romanesque. Je vous le donne, ce masque, prenez-le, je le dépose dans vos mains. Maryam Madjidi

A découvrir absolument !