Les petits poissons: le hareng

recette-5139-Club de pommes de terre Princesse Amandine au hareng

C'est l'une des espèces animales les plus abondantes sur terre et malheureusement l'une des plus rares sur nos tables. En bas de l'échelle alimentaire, il accumule également moins de métaux lourds. Attention toutefois à sa teneur en sodium si vous l'acheter saur (salé), fumé ou mariné. Saison : toute l'année mais plus savoureux et charnu d'octobre à janvier, période de reproduction Le choisir : la peau bien tendue et brillante, l'œil vif et les ouïes rouges, sans relent d'ammoniaque. Si vous n'en trouvez pas à la poissonnerie, on en trouve souvent sous vide au rayon frais, salé et mariné à l'huile (idéal pour les salades) ou en bocal, en rollmopps au vinaigre, idéal pour l'apéritif.

Frais, on le cuisine rapidement car fragile, à la vapeur, sous le grill ou en papillote. On peut aussi le faire mariner au sel.Côté association, il se marie merveilleusement avec des pommes de terre mais aussi avec tous les légumes racines, le poireau et la pomme verte. Il aime les fines herbes (particulièrement l'aneth et le persil), les oignons, les cornichons, le citron, les baies de genièvre et le laurier. Pour les salades, pensez à des sauces aigres-douces au miel ou au sirop d'érable. Et pour le cuire ou le mariner, n'hésitez pas à l'arroser de vin blanc, de vin rouge ou même de bière.De mon côté, j'aime particulièrement le préparer en brandade avec sa version salé ou fumé et le rafraîchir avec une petite vinaigrette au vinaigre de cidre et à échalotes et quelques dés de pomme verte.On peut aussi le tenter version asiatique marine dans un mélange d'huile de sauce soja, nuoc nam, mirin, sucre roux et jus citron vert et sauté au wok avec nouilles de riz, coriandre et quelques sommités de brocolis.

Partager sur :