Toutes les émissions

Made in France

Du lundi au vendredi, à 13h40

SOS Cintres
SOS Cintres

SOS Cintres

Diffusion du jeudi 1 juin 2017 Durée : 3min

Une entreprise qui innove, leader devant la concurrence chinoise !

C’est vrai qu’elles innovent et c’est tant mieux. Qui pourrait croire que cette entreprise qui fabrique des « produits pauvres », c’est à dire des produits de détails, ces accessoires qui ne coutent que quelques centimes, est leader en France ? Car oui, en France, on trouve plus de cintres Made in France que des cintres qui viennent d’Asie. Et cela parce que cette entreprise française a réussi à devenir plus compétitive que les Chinois !

Comment est-ce devenu possible ?

Avec l’automatisation. Dans ce secteur de niche, il n’y avait pas vraiment d’autre solution pour rester en France. Et lorsqu’il a fallu faire des choix, l’entreprise a préféré miser sur des machines qui restent assistées par des Hommes que par la délocalisation ou pire déposer le bilan et disparaître. Un pari audacieux et réussi ! Les 22 presses fonctionnent jours et nuits et permettent une réactivité optimale. C’est simple : chaque mois, 6 millions de cintres sont produits !

Combien de salariés compte cette usine ?

Ils sont 25 à l’usine de Guise, dans l’Aisne. Tous sont investis d’une mission, tous sont force de proposition. Une usine où l’on se sent bien, tous parlent d’une ambiance familiale. Résultat, le temps de présence des salariés est en moyenne de 20 ans. Depuis sa création en 1979, SOS Cintres n’a eu aucune démission. Une entreprise dans laquelle on évolue aussi. Par exemple, Didier Chrétien compte 35 ans d’ancienneté. Il est entré mécanicien dans l’entreprise. Il a gravi tous les échelons. Il est passé par tous les postes. Cette usine, c’est un peu son bébé alors lorsqu’il a fallu nommer un directeur sur ce site, c’est à lui que le Président fondateur de la société à penser.

Qui a fondé cette entreprise ?

Philippe Spilet. Un jour, il rencontre un fabricant de cintres en fil de fer plastifié, il tombe sous le charme de l’objet, il devient commercial pour ce fabricant. Et puis, Philippe sent le potentiel, sent que le cintre peut être un atout de communication, vecteur de l’image de marque des vêtements que cet objet porte. Il rachète l’entreprise, abandonne les fils de fer et créée des cintres en plastique avec des galbes afin de porter les vêtements avec plus d’élégance.

Est-ce que cela a tout de suite fonctionné ?

Non. Cela a été très dur. Durant des années, lorsque Philippe Spilet allait dans les centrales d’achat pour proposer ses cintres Made in France, on lui riait au nez. On le prenait pour un fou de produire en France. Tout le monde lui disait qu’il ne tiendrait pas. Et pourtant, il est aujourd’hui leader en France et propose 400 références de cintres que des grandes s’enseignes lui achètent mais aussi les plus grandes maisons de luxe. Si bien que vous achetiez une robe à une dizaine d’euros ou une autre à plusieurs milliers d’euros, elles auront certainement un point commun, le cintre aura été fabriqué chez SOS cintres en Picardie.

Le site de l'entreprise