Émissions Toutes les émissions

Mandrin, un enfant du pays, série radiophonique

Du lundi au vendredi à 8h38 et 17h40

2min

Mandrin, un enfant du pays. Une série radiophonique pour l'été. Épisode 39 : La lettre

le jeudi 25 août 2016
Podcasts : RSS
Portrait de Mandrin
Portrait de Mandrin - Source Gallica - Bibliothèque Nationale de France

Depuis plusieurs semaines, en cette fin décembre 1754, les hommes du Colonel Fischer sont sur les pas de Mandrin. Celui-ci a livré bataille à Gueunand près d'Autun. Il a perdu 9 hommes. 5 sont prisonniers. Il a tué des soldats du roi. Il a perdu bataille. Depuis, Mandrin n'est plus le même.

La lettre

Carouge, fin décembre.

Le jour se lève à peine. J'attends Mandrin dans la salle déserte de l'"Auberge du lion d'argent". Il écrit dans sa chambre. Il veut que je porte sa lettre au directeur de la Gazette à Genève.                                         Quand j'ai demandé "Pourquoi moi ?", il a grogné que j'étais journaliste. C'était mon rôle.

Depuis l'échec de la bataille de Gueunand où il a combattu l'armée royale française, Mandrin n'est plus le même. Il est devenu taciturne et quand il sort de son silence, c'est pour refaire le plan de l'attaque. Il a perdu 9 hommes et 5 sont prisonniers.

Je n'ai pas assisté au combat. Dès les premiers coups de feu, il m'a ordonné de quitter les lieux. J'étais inutile. Je ne peux pas témoigner. Je sais seulement qu'il s'est battu comme un forcené. Mais il a dû s'enfuir pour la première fois. Il a tué des soldats du roi. Il n''est plus seulement hors la loi mais rebelle.

Je l'entends qui descend. Je crains son humeur mais il tend la lettre, le sourire aux lèvres. Il me dit : "C'est le récit de la bataille de Gueunand telle que dois l'écrire. Une totale réussite pour Mandrin et ses hommes. Compris? C'est toi qui signeras le début de ma légende."

-> En savoir plus.