Replay du mardi 25 mai 2021

Mare latinu: Ces corses bagnards ou surveillants dans les bagnes de Guyane.

Papillon, Seznec, Dreyfus des noms qui évoquent la dure réalité des bagnes de Guyane qui durant cent ans ont vus passer des milliers de détenus. Parmi ceux-là des corses et pour les garder de très nombreux surveillants qui étaient corses, sur place des tombes, des marques sur les murs en attestent.

Le cimetiére des personnels Iles du Salut.
Le cimetiére des personnels Iles du Salut. - association agamis.

Dès lors que l’on s’intéresse à l’histoire de ces bagnes on trouve la présence de corses en très grand nombre. Qu’ils furent gardiens ou détenus 70 ans après la fermeture, on retrouve encore sur place des traces de leurs pénibles existences. Parmi ces bagnes ceux des ÎLES du Salut, un archipel de trois iles situé à 14 kilomètres au large de Kourou, l’ile Royale, l’ile Saint-Joseph et l’ile du Diable. Pas vraiment le Club Med avec des conditions sanitaires épouvantables des conditions de détentions inhumaines que l’on ait commis un petit larcin ou un grand crime, et c’est sans compter les requins qui dissuadaient les candidats à l’évasion. 

Aurélie Schneider est conservatrice du patrimoine des Iles du Salut, elle-même originaire de la Corse : 

"Le bagne des îles du Salut a été le premier crée et c’est celui qui va durer le plus longtemps puisqu’on y a des bagnards jusqu’en 1953 ce qui est la date des derniers à rentrer en métropole alors que la fermeture officielle était en 1946. Sur les îles du Salut on y place les bagnards les plus dangereux, ceux qui ont tenté de s’évader et ceux dont les affaires ont fait les gros titres.

L' intériure d'une celulle.
L' intériure d'une celulle. - assoc agamis.

Des corses des deux côtés des barreaux. 

"Je me suis rendu compte que le pourcentage des surveillants et de bagnards corses était assez important. C’est assez flagrant du côté des surveillants il y avait beaucoup de corses et de bretons, les deux régions qui vont fournir le plus gros contingent de l’administration pénitentiaire. On voit dans les cimetières des Iles du Salut ou de St Laurent du Maroni des tombes de surveillants corses de leurs épouses aussi car les surveillants venaient avec leurs familles. Je voudrai bien approfondir sur ce sujet je pense que beaucoup de familles corses se souviennent de cela."

Tombe de Madame Colonna épouse de gardien .
Tombe de Madame Colonna épouse de gardien . - assoc agamis.

Aurélie Schneider qui est sur place  souhaite poursuivre ces recherches au-delà et lance un appel aux familles de ces gardiens ou détenus corses qui pourraient apporter des éléments. Vous pouvez ,  en attendant sa venue en Corse cet été pour une conférence sur ce sujet, contacter l’Association pour Gérer l'Architecture et le Musée des Îles du Salut ( Agamis). 

Mots clés: