Replay du jeudi 4 mars 2021

Mare latinu : Jean Glavany et ses interrogations sur l’affaire Colonna, « Une tragédie grecque en Corse ».

- Mis à jour le

“3000 ans aprés Ulysse”, un essai signé Jean Glavany, un périple en Méditerranée qui conduit l’auteur chez son ami Jean Hugues Colonna, le père d’Yvan Colonna. Les nons-dits du procès.

 L' Odyssée revue par Jean Glavany
L' Odyssée revue par Jean Glavany - edisens

Jean Glavany présente son dernier ouvrage, sur les traces d’Ulysse la meilleure façon selon lui de raconter la Méditerranée.  Chaque étape de l’Odyssée sonne comme une métaphore des temps modernes que l’auteur partage avec des invités montés à bord ou sortis de son imaginaire.

L’auteur et navigateur est connu comme ayant été le premier chef de cabinet de François Mitterrand à l’Élysée, plusieurs fois ministre, il est surtout connu en Corse en tant que rapporteur du rapport parlementaire sur la gestion des fonds publics en Corse. Ce rapport qui porte d’ailleurs son nom au titre de : « Corse l’indispensable sursaut » fit suite à l’assassinat du préfet de Corse Claude Erignac en février 1998. L’un des chapitres de l’ouvrage porte justement sur cette affaire, sur la trace des Lestrygons que croisait Ulysse à Bonifacio, l’auteur remonte jusqu’à Cargèse  pour retrouver son ami de toujours Jean Hugues Colonna le père d’Yvan Colonna condamné pour cet assassinat. le chapitre  « Une tragédie grecque en Corse » est en forme d’interrogations sur le déroulé du procès et peut être aussi sur la responsabilité du condamné que Jean Glavany appelle Yvan. 

“Jean Hugues et Cécile Colonna sont des amis de 50 ans, et au delà du drame épouvantable qu’ils ont connu cela reste mes amis. 

“J’ai voulu raconter cette histoire parce qu’à la fois l’assassinat du préfet Erignac m’avait meurtri, je le connaissais, j’avais beaucoup d’admiration pour lui. On s’était parlé de préfet à préfet je me souviens d'un conversation dans son bureau quelques mois avant sa mort, j’ai toujours dit ma solidarité personnelle, affective à l’égard de sa famille. Cet assassinat, ce procès et la condamnation d’Yvan, un procès qui s’est déroulé d’une drôle de manière, très troublante, et il y a la fidélité de Jean Hugues et Cécile à leur fils. J’ai été écartelé entre ces deux fidélités, celle à la république à ses symboles et fidélité en amitié. Une histoire, une violence que j’ai voulu aborder avec cette tragédie grecque.”

Ulysses et les sirènes, musée du Bardo de Tunis.
Ulysses et les sirènes, musée du Bardo de Tunis. © Getty - Print Collector

Il y a les questions que se posent les parents d’Yvan, ses avocats , ceux qui l’on connu. 

Dans le déroulement du procès il y eut des silences, des effets d’une omerta traditionnelle et historique. Il  me semble qu’il y eut des silences entre Yvan et les autres membres du commando, _ces silences peuvent faire régner l’équivoque_. Il y a eut aussi dans l’attitude du président de la cour certaines abstinences ou rapidités, et cela interroge aussi. Dans ce chapitre de mon livre je soulève ces interrogations. Une tragédie grecque comme Ulysse en rencontra tant il y a 3000 ans.”

“3000 ans après Ulysse” à paraitre aux éditions Edisens préface de Daniel Herrero.

Mots clés: