Replay du mardi 5 janvier 2021

Mare latinu : L’abandon d’Erasmus par le Royaume-Uni, une chance pour un Erasmus méditerranéen ?

Le Brexit et ses conséquences sur les échanges interuniversitaires. Plus de possibilité de suivre un programme Erasmus au Royaume-Uni, 300 chambres de commerce et d’industrie de méditerranée soutiennent leur programme Erasmus.

Un Erasmus Méditerranéen?
Un Erasmus Méditerranéen? © Maxppp - Michel Clementz.

L'Association des Chambres de Commerce et d'Industrie de la Méditerranée, l’Ascame dans une récente réunion de travail depuis Barcelone, sur le thème « d’un nouveau modèle de développement économique dans la région méditerranéenne » a dégagé 25 objectifs pour préparer l’économie de la zone dans l’après Covid.

Cette association qui regroupe 300 CCI d’Europe du Maghreb et du Proche-Orient, estime que l’activation de son réseau sera une des solutions. 

Parmi les objectifs les 25 objectifs de l’Ascame: concevoir une nouvelle vision de l'intégration économique, construire l'économie de demain,  promouvoir la participation active et stimuler la compétitivité du secteur privé, prioriser le rôle des femmes méditerranéennes dans l'économie de la région, ou encore, promouvoir un Erasmus méditerranéen.

Le vice-président de la CCI métropolitaine, Aix-Marseille, Provence, défend cette notion d’échanges entre pays méditerranéens, Frédéric Ronal en charge de l’international pour cette institution :

"Ces échanges sont très importants car ils permettent de créer des relations affectives particulières avec le lieu d’étude.  

Cet attachement, ce réseau qui va se créer et la connaissance que l’on peut en tirer de la culture de l’autre pays, cela peut être un atout pour développer à l’avenir des relations avec le pays d’accueil. On doit encourager notre jeunesse à aller se former, faire des stages, compléter sa formation dans d’autres pays, et pour nous idéalement autour de la méditerranée." 

Erasmus peut permettre de favoriser le business entre les pays car c’est au moment des études que l’on crée l’attachement. 

Un credo de l’Ascame qui on l’espère sera soutenu par l’Europe, évidement il ne s’agit plus là de se former à la langue anglaise, même si il est un pays anglophone qui est une île pas si loin de la Corse, à savoir Malte. 

Mots clés: