Replay du lundi 4 janvier 2021

Mare latinu : L’économie circulaire dans l’agro-alimentaire, une voie d’avenir pour la Corse ?

L’économie circulaire, appliquée à l’agro-alimentaire en méditerranée. 7 territoires concernés dont la Corse, c’est la Cadec qui est partenaire associée et conseille les entreprises.

L' Europe accompagne l'économie circulaire en méditerranée.
L' Europe accompagne l'économie circulaire en méditerranée.

La maitrise des  matières premières, le recyclage des déchets, la réduction du coût des transports,  et la recherche de nouvelles rentabilités. C’est ainsi que l’on pourrait résumer ce qu’est cette économie circulaire. On dira qu’elle est ni plus ni moins l’application de ce qui faisait selon un certain bon sens paysan : rien se perd

L’Europe avec le projet Embrace accompagne les Pme Tpe du secteur de l’agro-alimentaire. Au final cela peut donner des choses tellement logiques, mais tellement difficiles à accompagner sur le plan des financements. Ce type d’économie suppose pour l’entreprise des nouvelles compétences, des nouveaux équipements, des formations, des obtentions d’agréments, bref un nouveau monde. 

En corse le directeur général de la Cadec, Jean-Michel Catani,  précise les premiers résultats : 

"Il s’agit de mieux maîtriser les approvisionnements, avec un approvisionnement local, cela passe aussi par la valorisation des déchets en en tirant une certaine rentabilité, ce n’est pas simplement une démarche écoresponsable. Au niveau des sept régions de la zone méditerranée englobées dans ce projet européen c’est souvent le secteur de la viticulture"

Deux exemples, une brasserie de bière et un éleveur de bovins.

"Le brasseur, lui a pu évoluer vers une production quasiment auto-suffisante, avec la culture du malt ou de l’orge avec une culture 100% corse. Toutes les matières premières viennent de Corse et les déchets sont réutilisés, par exemple la drêche sert à faire du pain, qui est lui-même vendu dans le restaurant que tient ce brasseur par ailleurs. 

L’éleveur lui, en l’occurrence Jacques Abbatucci, le fait d’avoir construit son propre abattoir  lui permet de maitriser la chaine jusqu’au bout, et  les peaux de bêtes sont valorisées  dans le domaine de la maroquinerie.  

Ambition du projet Embrace dans le cadre de la prochaine programmation européenne 2021/2027 : concevoir des outils financiers plus rapidement disponibles et accessibles pour les chefs d’entreprises ou chefs d’exploitations souhaitant développer cette nouvelle économie." 

Selon le cabinet McKinsey, l’économie circulaire permettrait de réaliser une économie nette minimale de 380 milliards de dollars par an en matières premières en Europe. (source institut national de l’économie circulaire).

En savoir plus sur Embrace: ici

Mots clés: