Replay du vendredi 16 avril 2021

Mare latinu : Le confinement dans les lazarets d’Ajaccio jusqu’en 1945.

Confinement, isolement, quarantaine, des mots de notre quotidien. C’était auparavant le lot des navigateurs, à Ajaccio le premier lazaret était sur l’ile Mezzu Mare aux Sanguinaires avant celui d'Asprettu.

L'ile de Mezzu Mare et son lazaret.
L'ile de Mezzu Mare et son lazaret. - grand site sanguinaires.

QUAND on parlait de quarantaine avant c’était ces 40 jours d’isolement destinés aux équipages  qui revenaient de loin, de pays où se répandait notamment les pestes. Des quarantaines en rade ou dans des lazarets, et pour Ajaccio, qui avait une très importante flotte de corailleur, celui-ci n’a été construit qu’en 1807, d’ailleurs quand Bonaparte arrive d’Égypte à Ajaccio il n’y en a pas. Auparavant les lazarets étaient sur le continent ce qui rallongeait de 10 jours après quarantaine le voyage pour le retour. 

Marie Pietri du grand site des Sanguinaires :

"Les pêcheurs de corail qui partaient d’Ajaccio jusqu’aux côtes d’Afrique de Nord, devaient observer une quarantaine à Marseille ou Livourne, après cette période il restait encore une dizaine de jours pour le voyage retour. Le lazaret des Sanguinaires n’était pas pratique puisque les bateaux que l’on appelait corrallines ou gondoles devaient être hissés à terre à l’aide rondins et la quarantaine s’observait dans les embarcations dans le périmètre du lazaret."

Un nouveau lazaret à Asprettu. 

En 1841 il a été décidé de construire un autre lazaret plus près du port de la ville, et c’est le site d’Asprettu qui a été choisi, ce lazaret fonctionna jusqu’en 1945, à l’occasion d’une épidémie de peste bubonique. Ce deuxième lazaret est désormais un lieu où la culture bouillonne, mais sans virus, ni microbes. On peut visiter les vestiges du lazaret des Sanguinaires, il n’en reste que quelques pierres rappelant le périmètre de la construction aujourd’hui fréquenté par quelques goélands, et parfois quelques rats. 

Les ruines du lazaret des sanguinaires.
Les ruines du lazaret des sanguinaires. © Maxppp - luccioni.
Mots clés: