Replay du mardi 8 décembre 2020

Mare latinu : Mighela Cesari un nouvel album, de la Grèce à la Corse.

A Brama Ghjirandulona, est le titre de cet opus, le dernier enregistrement de l’artiste datait de 2006, il nous invitait déjà au voyage avec « emu spartutu lu mari », cette mer méditerranée faite d'expressions artistiques souvent nostalgiques. Ce CD est une œuvre collective avec Phemios Ensemble.

Mighela Cesari et Phemios Ensemble.
Mighela Cesari et Phemios Ensemble. - Patrizia Antona.

Mighela Cesari, qui  nous a offert  tant d’aventures musicales avec son regretté compagnon Mighele Raffaelli,  prolonge ici sa mission, celle de raconter des histoires sur des sonorités des rythmes résolument méditerranéens. 

Il s’agit d’une œuvre collective, la voix et la poésie de Mighela Cesari, et des instruments qui vont vous emmener loin, très loin pour mieux revenir peut-être?

Mighela Cesari et la Formation Phemios Ensemble : Spyros Halaris,Doc Rossi, Christophe Tellart, Sebastien Benoit, et des instruments tels que, dumbek, bendir, cetera, vielle à roue, ou cornemuse.

L’idée musicale s’inspire du rebétiko grec, une forme musicale née il y a cent ans lors des migrations entre la Turquie et la Grèce, une musique qui était marginalisée voire bannie comme le furent le Fado, le Flamenco, le Blues ou le Tango. 

On retrouve aussi parmi les 12 titres des sonorités irlandaises, portugaises, espagnoles. 

Un mélange, des langues,  des cultures, des musiques, des vagabondages,  en ces périodes de tension en méditerranée, cette « brama ghjirandulona » résonne en simplicité comme un appel à l'apaisement. 

A brama Ghjirandulona.traditionnel grec, paroles Mighela Cesari.

Mots clés: