Replay du lundi 19 octobre 2020

"Putzi", le pianiste et confident d'Hitler

- Mis à jour le

Et aussi : Billie Holiday, sa vie, son œuvre

"Putzi", le pianiste et confident d'Hitler
"Putzi", le pianiste et confident d'Hitler © Getty - Ullstein bild Dtl.

"Putzi", le pianiste et confident d'Hitler 

En devenant l'un des plus grands informateurs de Roosevelt, il a également contribué à la chute du dictateur.  

Ernst Hanfstaengl, de son vrai nom, est né à Munich en 1887. Ses parents côtoient régulièrement les hautes sphères artistiques et musicales, recevant chez eux Strauss, Wagner ou encore Liszt. 

De père allemand et de mère américaine, il avait la double nationalité. Toute sa vie, il rêve de réunir ses deux mondes. Une manière pour lui de marquer l’histoire et surtout d’en en faire partie. 

Après avoir quitté son pays natal en 1905 pour poursuivre des études d’art, de littérature, d’histoire et de philosophie à Harvard, il retourne à Munich en 1922. Il découvre alors son pays fragilisé et rempli d’une tension politique explosive.  

En novembre, il se rend au rassemblement du parti national-socialiste des travailleurs allemands, où il rencontre l’homme à la tête de ce mouvement, un certain Adolf Hitler. Séduit par la force oratoire et la conviction patriotique d’Hitler, Putzi intègre progressivement la sphère intime du nouveau parti National-Socialiste, et devient l’un des confidents proches d’Hitler 

S’il sert d’abord de clé d’entrée aux sphères de la société allemande, c'est ensuite pour ses talents musicaux qu’Adolf Hitler garde Putzi près de lui. Après ses nombreux discours exigeants et épuisants, Hitler ne souhaite que se retrouver seul avec Putzi au piano, bercé par la musique de Liszt et de Wagner.  

Nommé responsable de la presse étrangère du Reich en 1933, il crut en son destin. Il n'obtint que la disgrâce. Son incroyable exil le conduisit jusqu'à Roosevelt, qui pendant la Seconde Guerre mondiale fit de lui son principal informateur sur le Führer. 

Putzi meurt à Munich en 1975. 

--> Pour en parler : Thomas Snegaroff, historien spécialiste des États-Unis, auteur du roman “Putzi” qui vient de paraître chez Gallimard. 

Billie Holiday : sa vie, son œuvre 

Le 30 septembre dernier sortait au cinéma le documentaire “Billie” de “Billie" James Erskin 

Billie Holiday est l'une des plus grandes voix de tous les temps. Elle fut la première icône de la protestation contre le racisme ce qui lui a valu de puissants ennemis.  

À la fin des années 1960, la journaliste Linda Lipnack Kuehl commence une biographie officielle de l'artiste. Elle recueille 200 heures de témoignages incroyables : Charles Mingus, Tony Bennett, ses amants, ses avocats, ses proxénètes et même les agents du FBI qui l'ont arrêtée... Mais le livre de Linda n'a jamais été terminé et les bandes sont restées inédites … jusqu'à présent.  

“Billie”est l'histoire de la chanteuse qui a changé le visage de la musique américaine et de la journaliste qui est morte en essayant de raconter l’histoire de Lady Day telle qu’elle était. 

--> Pour en parler : Sophie Rosemont, journaliste pour Rolling Stone et Vanity Fair et auteure du livre “Black Power, l'avènement de la pop culture noire américaine” qui vient de paraître chez GM éditions. 

Mots clés: