Replay du lundi 26 novembre 2018

Hippocampe Fou

-

Amoureux des images et des mots, Hippocampe Fou conçoit ses chansons comme des courts-métrages. 

Fils d'un guitariste et compositeur colombien, Hippo baigne dès son plus jeune âge dans la musique classique et latino-américaine. Durant ses études de cinéma, il se passionne pour les œuvres de Hayao Miyazaki, Lars Von Trier, Stanley Kubrick, Jim Jarmusch et Michael Haneke.

Parallèlement, il découvre le slam, « squatte » les scènes ouvertes et fait ses premières armes au sein d'un trio 100 % vocal : La Secte Phonétik. Il s'inspire du rap français et américain des années 90 (MC Solaar, IAM, Saïan Supa Crew, Fugees, Wu Tang Clan, Cypress Hill, Busta Rhymes...) ainsi que de la chanson française des années 50-60 (Brel, Brassens, Barbara, Boby Lapointe).

En 2010, il se fait remarquer sur la toile grâce à sa websérie Vidéo Rap, une rencontre inattendue entre vidéo et rap. Les internautes sont conquis par ses vidéos « homemade », notamment « Chez moi y a un lama... », qui atteint un nombre de vues impressionnant. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Gérer mes choix

L'année suivante, il sort son premier EP, Vaccin contre l'automne. Après Aquatrip et Céleste, Hippo clôture sa trilogie et nous invite dans son terrier, pour un voyage introspectif aux sonorités plus acoustiques et intemporelles. Terminus, son 3ème album est sorti le 9 mars 2018.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Gérer mes choix

Hippo est actuellement en tournée et travaille en parallèle sur une comédie musicale à la croisée de ses passions (musique, spectacle vivant et cinéma).

Mots clés: