Replay du mardi 20 avril 2021

35 % des français qui jardinent, 1 million d’hectares de jardins : le jardinage une passion Française

Avril c’est souvent le moment où on passe beaucoup de temps dans le jardin, quand on a la chance d’en avoir un. L’occasion pour Jérôme de nous rappeler que le jardinage a longtemps été une nécessité avant de devenir une passion française.

Le jardinage
Le jardinage © Getty - Photo de Richard Clark

Ah le jardinage... Le mot « jardin » est attesté dès le XIIe siècle, il viendrait du francique « gart » la clôture et du latin « hortus » le jardin. Le jardin est forcément clôt à l’origine, pour le protéger des animaux afin qui il soit, potager ou non, une source inépuisable de gourmandises. 

Un jardin Renaissance à Copenhague, Danemark
Un jardin Renaissance à Copenhague, Danemark © Getty - Photo : AGF

Le jardin est très longtemps utilitaire pour les « Français moyens » comme vous et moi. Il fait partie intégrante des fermes du Moyen Âge. Dans les villages, on installe les jardins autour du bourg et on y plante ce qu’on appelle « les herbes ». Des herbes qui changent avec les découvertes. Les tomates n’arrivent qu’au XVIIe siècle, les pommes de terre qu’à la fin du XVIIIe siècle. Dans les monastères, on y plante des plantes médicinales. 

Un jardin Anglais
Un jardin Anglais © Getty - Photo : REDA&CO

Le jardin d’agrément est longtemps réservé aux plus riches en France, avec des modes. Jardin Renaissance, jardin français, avec ses buis taillés et une nature domestiquée, jardin anglais, qui laisse la place à la nature et la sublime en quelque sorte, jardin romantique aussi au XIXe siècle, avec des allées sinueuses et de fausses ruines pour amener à la réflexion. Le XXe siècle voit arriver les différents traitements chimiques, et un choix draconien des variétés pour ne choisir que les plus productives. 

Jardin à la Française
Jardin à la Française © Getty - Photo de John Gollop

Notre époque reprend le chemin du jardin. Le jardinage est devenu une véritable passion française. Le marché pèse 6 milliards d’euros et vous êtes 17 millions de Français à jardiner peu ou prou. Ce qui fait que, mis bout à bout, nos jardins couvrent plus d’un million d’hectares. Et tous les indicateurs montrent que ça n’est qu’un début. Tant mieux ! On n’arrête pas l’histoire.

Mots clés: