Replay du mercredi 28 octobre 2020

Être éternel c’est le bordel

Jérôme a décidé de nous parler de l’immortalité aujourd’hui. Visiblement quelques créatures sont immortelles. Pourquoi pas nous un jour ? Ce qui ne serait pas sans conséquences…

L'éternité
L'éternité © Getty - Photo de Simon Gakhar

Ahhhh l’immortalité ! Ça fait rêver hein. Encore que ça peut vouloir dire entendre chanter sa belle-mère pour l’éternité « rue déserte dernière cigarette ». Et ça pourrait poser un problème tout bête : le manque de place. Qu’un couple d’aujourd’hui ait 2 enfants et que chacun de ses descendants ait 2 enfants à son tour pendant 40 générations et on obtient… 550 milliards d’êtres humains. Ça fait du monde à caser. La terre n’y suffirait pas pour tout le monde, sans parler de ses réserves. 

Le ver planaria
Le ver planaria © Getty - Photo : NNchering

Certaines créatures sont plus ou moins immortelles, par exemple la Turritopsis Nutricula, une méduse qui doit faire environ 1 centimètre de diamètre, et elle a LE secret de jouvence puisqu’elle est capable de remplacer ses cellules les plus anciennes par des cellules toutes neuves. Le planaria, un ver plat qui vit en eau douce est capable de se régénérer tout seul. De son côté, le tardigrade surnommé ourson d'eau, peut cesser de vivre quand c’est trop compliqué et revenir à la vie quand la situation est optimale. Bon, tout ça a ses limites puisque toutes ces créatures n’ont pas de cerveau. Avouez que ça doit être ennuyeux de vivre sans s’émouvoir, sans rire, ou sans être curieux. Restent ceux qui vivent très très vieux. Certaines palourdes vivent plus de 5 siècles, l’une d’entre elle est morte récemment,  elle aurait connu Christophe Colomb découvrant l’Amérique. Le Requin du Groenland pourrait vivre plus de 3 siècles. 

Le tartigrade dit l'ourson d'eau.
Le tartigrade dit l'ourson d'eau. © Getty - Photo de Robert Pickett

Et c’est là qu’arrive notre futur. Toutes ces bestioles sont l’objet d’études, qu’on couple avec l’étude du génome humain. Et d’aucuns scientifiques nous disent qu’on pourrait utiliser une part du génome de ces créatures pour soigner, voire pour renouveler des organes. Certains nous annoncent que dans un futur assez proche, avant la fin du siècle, on arrivera à vivre 2 siècles, peut-être même plus. En conséquence il faudra de la place, donc conquérir l’Univers. On n’arrête pas l’histoire. 

Mots clés: