Replay du jeudi 15 avril 2021

Le cirque : plusieurs siècles d’exploits et un monde en mutation

Le 16 avril c’est la journée mondiale du cirque. L’occasion pour Jérôme de nous en rappeler les origines…

Le cirque
Le cirque © Getty - Photo : image BROKER/Rof Fischer
Ancienne affiche cirque Barnum de 1908
Ancienne affiche cirque Barnum de 1908 © Getty - Photo : Universal History Archive

C’est toujours impressionnant un spectacle de cirque non ? On voit des gens faire des choses qu’on est bien incapables de faire nous-mêmes. C’est sûrement ce que se disaient nos prédécesseurs quand ils regardaient les funambules et autres acrobates dans les foires du Moyen Âge. 

Eléphant de cirque.
Eléphant de cirque. © Getty - Photo : MediaProduction

Le cirque tel que nous le connaissons est né au XVIIIe siècle, et c’est aussi à cette époque qu’il a pris sa forme ronde rappelant celle de lieu de spectacles romains, d’où le nom de cirque. Une idée anglaise, à priori, d’un ancien soldat anglais qui présente des spectacles équestres et des acrobaties. Il n’y a pas d’animaux sauvages. Les tigres, lions, éléphants n’arrivent qu’au XIXe siècle avec la colonisation. Le XIXe siècle est d’ailleurs l’époque de la passion du cirque. En France on construit des cirques permanents, dont le plus bel exemple nous est resté avec le magnifique cirque Jules Verne construit en 1887 à Amiens. 

Acrobates
Acrobates © Getty - Photo de Ray Massey

Les cirques itinérants ont aussi la côte, notamment, en Amérique, le fameux cirque Barnum, qui aligne les records et des exploits pendant 145 ans avant de fermer en 2017. Buffalo Bill fait le show au début du XXe siècle avec son cirque qui aligne cowboys et indiens pour donner une version idéale de la vie dans le Far West américain. D’autres formes de cirques sont découvertes par les français au XXe siècle, notamment les arts du cirque chinois. 

Antique affiche du 19è siècle à Londres
Antique affiche du 19è siècle à Londres © Getty - Photo : Duncan 1890

Depuis quelques années le monde du cirque est en mutation. Des villes interdisent les cirques dont les numéros sont constitués avec des animaux sauvages. Du coup, les cirques inventent de nouveaux spectacles, sans animaux sauvages, avec des exploits humains renouvelés. Cette mutation leur permettra probablement de durer et de continuer à faire rêver le public. On n’arrête pas l’histoire.

Mots clés: