Replay du jeudi 26 novembre 2020

Pas du tout à la mode aujourd’hui, le poil c’était le top pour les mecs d’autrefois

Pas du tout à la mode aujourd’hui, le poil c’était le top pour les mecs d’autrefois. Jérôme vient d’arriver. Et j’avoue que je me demande de quoi il va nous parler surtout que… enfin bref, on verra bien…

Le poil ... ou pas !
Le poil ... ou pas ! © Getty - Photo de Ruslan Dashinsky

J’ai décidé de vous  présenter ma première chronique à poil. Pas à Poil la commune de la Nièvre, non le poil. Dans de nombreuses cultures : le poil fait l’homme. D’ailleurs chez les Grecs, les femmes s’épilent entièrement. Pour les Romains trop de poils fait de vous un animal. Du coup il en faut mais pas trop. Un Romain se doit de les maîtriser comme il se doit de toujours se maîtriser lui-même. Du coup, Caius s’épile après les thermes, « ah oui oui ! » il se rase la barbe « tout à fait ! » et se coupe les cheveux courts « voilà ! Bogosse hein ! ». Et il est fier de cette différence face à ceux qu’il appelle les barbares et qui ne maîtrisent rien, pas même leurs poils, eux qui portent la barbe et les cheveux longs. Des barbares qui, avec les grandes invasions, imposent leur vision des choses un long moment : il faut avoir les cheveux  longs et le poil dru pour être un homme. 

Victor Hugo (1802-1885), poète, dramaturge, écrivain, romancier et dessinateur romantique français
Victor Hugo (1802-1885), poète, dramaturge, écrivain, romancier et dessinateur romantique français © Getty - Photo : pictore

Cette vision virile du poil, continue au XIXe. Dans les armées de Napoléon un poilu c’est le vieux soldat expérimenté, l’homme fort, un terme qui revient au moment de la Grande Guerre pour désigner nos soldats, avant même qu’ils n’aient la barbe longue d’avoir tenu dans les tranchées. Avec le XXe siècle la chasse au poil commence en occident. Les crèmes dépilatoires arrivent des USA dans les années 20, les torses glabres deviennent la norme cinématographique dans les années 80, ce qui fait que le poil devient mal vu chez les hommes, même si la barbe revient en force depuis les années 2000. 

Tout ça fait des dégâts collatéraux chez les morpions. Une étude à Sydney en 2008 parle de la disparition de 80 % d’entre eux en Australie. Une hécatombe. Ça peut changer. Mal vu aujourd’hui, rien ne dit que le poil ne reviendra pas à la mode. On n’arrête pas l’histoire

Mots clés: