Replay du mercredi 23 décembre 2020

Pâtés et pâtés en croûte des fêtes

Jérôme fêtologue spécialiste des fêtes bonjour ? Ouais moi c’est Jordan, j’ai 15 ans et pendant les fêtes je suis toujours dans le pâté c’est normal ?

Le pâté
Le pâté © Getty - Photo de Franck Metois
Pâté farci de Poitou-Charentes
Pâté farci de Poitou-Charentes © Getty - Photo de Franck Metois

Bah oui ! Les fêtes c’est le moment ou jamais d’en déguster !

Pâtés d'Alsace
Pâtés d'Alsace © Getty - Photo de David Silveman

Le pâté c’est toujours un mélange de viandes, de poissons ou de légumes, dont les ingrédients sont cuits finement hachés et épicés dans une terrine. Avec ou sans gelée et avec ou sans marinade, au vin ou à un autre alcool. À base de porc, on trouve le pâté breton, les attignoles en Normandie, le pâté catalan. La Drôme, le Vivarais, le Var et une partie de la Provence préfèrent la caillette. En Charente on aime le fagot charentais, flambé au cognac. Toujours au porc et entourés de crépine il y a les atriaux en Savoie et attereaux en Bourgogne. 

Variété de pâtés
Variété de pâtés © Getty - ¨Photo de Pilar Flores

Certains pâtés sont cuits en croûte et on ajoute des ingrédients au porc. Le célèbre Pâté Lorrain dont la recette à plus de 700 ans, mélange porc et veau, ce qui se fait aussi pour le pâté de Nîmes, pour le pâté croûte des Ardennes. Le pâté de Reims ajoute du lapin. D’autres y mettent de la volaille, le pâté de Périgueux propose un sublime mélange de foie gras et de truffes. Le pâté de Strasbourg se compose lui aussi de foie gras. Un foie gras qu’on continue de préparer dans les règles de l’art dans ces terres historiques du Gers, des Landes, d’Alsace et qu’on truffe dans le Périgord. Sur une table de fête avec une pincée de fleur de sel sur un toast un régal non ? 

Non mais je suis dans le pâté. J’suis crevé quoi ! Je dors jusqu’à 13H des fois alors ma mère gueule 

« Ah pardon aucun rapport quoi » 

« Ah non mais t’inquiète mec tu m’as donné faim ! » 

Ah bah c’est plus fort que moi !  On n’arrête pas les fêtes ! 

Mots clés: