Replay du jeudi 21 janvier 2021

Vous êtes plutôt beurre doux ou beurre salé ?

Même s'il faut veiller sur son taux de cholestérol, avouez qu'un peu de beurre sur une tartine ou sur un plat c'est trop bon ! Jérôme nous raconte ce qu'il sait de l'ancienneté du beurre aujourd'hui...

Le beurre
Le beurre © Getty - Photo : Riou

Le beurre c’est plusieurs milliers d’années d’histoire. On a retrouvé, en Irlande, un moule à beurre qui a plus de 5000 ans « Ouh la ! Attention à la date de péremption hein ! » Et la première trace écrite remonte à l’an 2500 avant Jésus Christ. 

Ancienne machine pour fabriquer le beurre, fin 19ème siècle
Ancienne machine pour fabriquer le beurre, fin 19ème siècle © Getty - Photo : Grafissimo

Plutôt mal vu un long moment le beurre. Les Grecs se moquent des Thraces qui en sont fans et les appellent les mangeurs de beurre. Les Romains n’en voient absolument pas l’intérêt, si ce n’est comme crème de beauté « Oh la la Servinia ! Ce teint que tu as ! Quel est ton secret ? » « Mais voyons je me mets du beurre sur le visage tous les matins ! ». Les Romains ont longtemps été imités par les Français qui préféraient l’huile d’olive, le saindoux, ou le lard. 

Le XVIIe siècle voit le beurre conquérir les cuisines. La Normandie invente la baratte normande qui permet d’en produire plus, et la Bretagne met du sel dedans pour mieux le conserver. Au XIXe siècle, il est concurrencé par la margarine inventée par Hyppolyte Mège-Mouriès et destinée à coûter moins cher et à mieux se conserver que le beurre. 

Noix de karité du Mali
Noix de karité du Mali © Getty - Photo : john images

On a depuis inventé toutes sortes de margarines, et même ce que certains appellent du beurre végétal, souvent à base de noix de cajou, pour les végans ou les allergiques aux produits laitiers. Exhausteur de goût, il est recommandé de ne pas en abuser, notamment pour lutter contre le mauvais cholestérol. 

M’enfin une bonne tartine de beurre, sur du bon pain, une fois de temps en temps avouez que c’est trop bon… Tiens ça m’a donné faim ! J’allais oublier de dire comme toujours « on n’arrête pas l’histoire ! »      

Mots clés: