Les séries France Bleu

On n’arrête pas le progrès - Saison 3

Du lundi au vendredi à 15h30

Image d'illustration
Image d'illustration © Maxppp - Bruno Levesque

Le chat

Diffusion du mercredi 15 mai 2019 Durée : 2min

28 % des Français en possèdent un. Persan, angora ou gouttière. En France, on dénombre près de 13 millions de chats domestiques.

Il y a 10 000 ans, aux débuts de l'agriculture, les entrepôts de grains attirent les souris, et les souris attirent les chats sauvages !  Les premiers agriculteurs se rendent vite compte des talents de chasseur du petit félin et ne tardent pas à l’adopter.  Chez les égyptiens il devient un animal sacré. La déesse Bastet, représentée sous la forme d'une femme à tête de chat, incarne la fécondité, la joie et la beauté.

Au Moyen Âge, en revanche, on l'accuse de tous les maux :  compagnon des sorcières ou diable incarné, il est brûlé dans les bûchers, crucifié aux portes des maisons, et même noyé par sacs entiers.  En 1648, Louis 14 fait interdire les sacrifices de chats et contribue à son retour en grâce d’abord en tant que chasseur de souris, puis comme animal de compagnie. L’Europe découvre le Persan, et les aristocrates commencent à s’enticher du matou. Au 19ème siècle, la bourgeoisie adopte l’animal, qui s’installe peu à peu dans les foyers français jusqu'à aujourd'hui où le chat supplante désormais le chien.

Une étude très sérieuse, menée par Atsuko Saito, biologiste de l'université de Tokyo au Japon, vient de démontrer que les chats reconnaissent bien leur prénom quand on les appelle. Donc si votre matou vous ignore, c'est volontaire.

Le petit + :

Le chat, selon les époques ou les religions, a été considéré, tantôt maléfique, tantôt malfaisant. En Grèce antique, la fonction de chasseur-dératiseur était laissée aux fouines et belettes qu’on laissait volontiers s’approcher des maisons pour se débarrasser des rats. Le chat eut donc du mal à s’imposer, mais son caractère plus docile, sa beauté et sa propreté ont réussi à les faire adopter par la population.

En Europe Médiévale, le chat était associé au diable et aux sorcières. On dit qu’il aurait des pouvoirs surnaturels, posséderait neuf vies et porterait malheur. Surtout le chat noir, sauf s’il porte "la marque de l’ange" ou "le doigt de Dieu", comprenez une marque blanche au poitrail. Là, il devient un puissant porte-bonheur. L’inquisition pourchassant toute manifestation diabolique, le jette aux bûchers au même titre que les sorcières et les hérétiques. C’est ainsi qu’il fut absent lors de la Grande Peste Noire . Mais à l’époque, on ne connaissait pas la relation entre les rats, leurs puces et la peste

Il faudra attendre la Renaissance pour voir le chat revenir en grâce, on se rend compte de sa capacité à chasser les rongeurs mais aussi des bienfaits de leur présence comme animal domestique. Richelieu en possédait 14. 

Aujourd'hui, le chat fait totalement partie de nos vies. Si vous en possédez un, vous savez que vous habitez chez lui et que vous êtes son serviteur !  Les races sont de plus en plus nomenclaturées avec une constante évolution vers les grandes races. C’est peut-être une recherche inconsciente de vivre avec un fauve…