Replay du lundi 4 mars 2019

Le féminisme

- Mis à jour le

C’est un mouvement pour l’égalité. Sociétale, politique et économique. 45% des français pensent que le féminisme n’est pas seulement l’affaire des femmes.

Image d'illustration
Image d'illustration © Maxppp - Vincent Isore

A la fin du 18ème siècle, les femmes réalisent qu’elles sont les grandes oubliées de la Révolution, mais elles ne vont pas se laisser faire. En 1791, Olympe de Gouges écrit la "déclaration des droits de la femme et de la citoyenne" et elle affirme haut et fort que si elles ont le droit de monter à l'échafaud, elles peuvent bien avoir celui de monter à la tribune. Finalement, c’est le "rasoir national" qui aura son dernier mot, mais la cause des femmes commence à se faire entendre et d’autres prennent le relais comme Flora Tristan et plus tard Louise Michel.

Le mot "féministe" est utilisé pour la première fois en 1870 dans une thèse médicale : Il qualifie un défaut de virilité chez les hommes.  Alexandre Dumas Fils, auteur de la Dame aux Camélias, s’en empare pour se moquer des partisans du droit des femmes auxquels il est d'ailleurs plutôt défavorable. Le terme est repris 10 ans plus tard par la suffragette militante Hubertine Auclert, et cette fois pour parler d’émancipation des femmes.

Peut-être bien qu’un jour on n'aura plus besoin de l’être, mais pour le moment, il y a encore quelques efforts à faire pour atteindre l’égalité entre les hommes et les femmes. Alors, allons-y ! En plus, 2019, c’est l’année de la meuf !

Le petit + : 

Ce 26 août 1970, une poignée de femmes déposaient une gerbe de fleurs sous l'Arc de triomphe à la mémoire de la femme du soldat inconnu. Elles donnaient ainsi naissance au Mouvement de la Libération des Femmes ( MLF).  Se sentant laissées pour comptes de Mai 68, elles ne tarderont pas, en 1971 à multiplier les actes symboliques, comme le manifeste des 343, réclamant ainsi le droit de disposer de leur corps, et posant les premières pierres de la loi Veil.

Mais leurs revendications ne s’arrêtent pas là. Les femmes veulent un avenir professionnel à salaire égal, décider d’être mère ou pas, épouse ou non, avec l’être de leur choix, et ne plus subir le mépris et la violence des hommes, être représentées dans des institutions et être écoutées. Ces demandes étaient déjà celles des femmes sous la Commune de Paris en 1860.

Mots clés: