Les séries France Bleu

On n’arrête pas le progrès - Saison 3

Du lundi au vendredi à 15h30

Un forage de pétrole
Un forage de pétrole © Getty - Joe Raedle

Le pétrole

Diffusion du lundi 25 février 2019 Durée : 2min

Difficile de s’en passer. Déplacement, chauffage, route, vêtements, emballages. En France, nous consommons 3 634 litres de pétrole chaque seconde.

En 1740 en Alsace, le roi Louis 15 autorise la création de la première société d’exploitation pétrolière au monde, Mais c’est au 19ème siècle aux Etats-Unis que la machine va s’emballer. En 1857, Edwin Drake, un ancien conducteur de train, s’installe à Titusville, en Pennsylvanie. Ici, gît la précieuse « l'huile de pierre », ingrédient miracle des élixirs vendu par les charlatans ambulants. Au départ, il s'inspire de la technique, un peu laborieuse des indiens Seneca et récupère à l'aide d'une couverture la substance qui flotte à la surface de l'eau. Mais il en veut plus : alors, pourquoi ne pas percer directement la roche, là où se trouve le pétrole ?

Il installe un trépan actionné par un balancier installé en surface. Les débuts sont modestes : en 1859 la production est de 10 barils par jour, mais la nouvelle fait tache d’huile et provoque une véritable ruée vers l’or noir. Un an plus tard, Titusville, l'ancienne bourgade de bûcherons, compte une centaine de derricks. Quant au Colonel Drake, il oublie de faire breveter son invention et disparaît sans avoir touché un dollar.

Aujourd'hui,  le gouvernement veut en finir avec les énergie fossiles. Alors, histoire de montrer l’exemple, La France s’engage à ce que le slogan qui était en partie faux, deviennent complètement vrai. En 2040, on n'aura vraiment plus de pétrole, pourvu qu’il nous reste quelques idées.

Le petit + : 

Dès l'antiquité, les propriétés du bitume, malléable, inflammable et thermoplastique lui confèrent une grande variété d'utilisation : étanchéité, produit pharmaceutique ou cosmétique, objet d’art ou du quotidien, mais aussi torture.

Nous avons tous en mémoire les images de la scène “du goudron et des plumes” dans « Lucky Luke - Daisy Town ».

À l’époque de la grande Babylone, on déversait déjà du bitume chaud sur tout menteur, tricheur et autre fripouille du même genre. Ce supplice fut repris par Richard Cœur de Lion qui l’agrémenta de plumes sur la tête afin d’humilier le coupable. Les anglais en furent tellement friands qu’ils l’appliquèrent dans leurs colonies à la grande époque du Far West.