Les séries France Bleu

On n’arrête pas le progrès - Saison 3

Du lundi au vendredi à 15h30

Image d'illustration
Image d'illustration © Getty - Stephen St. John

Le soutien-gorge

Diffusion du mardi 5 mars 2019 Durée : 2min

Chaque morphologie a son modèle. Balconnets, push-up, ou triangle. Les Françaises achètent en moyenne deux soutiens-gorges par an.

Dans l’Antiquité, la mode est aux petits seins et au look androgyne. Quelques siècles plus tard, les poitrines se libèrent : le hit du Moyen-Âge c’est la "gourgandine". Avec ce corset qui rehausse les seins au maximum, il n’est pas rare d’assister à l’évasion d’un téton.  En 1370, l’Église qui ne saurait les voir, interdit l’accoutrement. Désormais, les dames enfilent d’un petit gilet qui aplatit les seins et fait ressortir le ventre.

Machine arrière à la Renaissance : être belle exige d’avoir la taille fine, et accessoirement de souffrir un peu comprimée dans un corset.  C’est joli, tant qu’on n’a pas besoin de bouger, marcher, ou parler.  En 1889, Herminie Cadolle, corsetière communarde, copine de Louise Michel tranche la question et coupe le sien en deux.  Le bas reste sur la taille, tandis que le haut vient se fixer aux épaules avec des bretelles. L’idée est jugée trop libertaire, mais Herminie vient pourtant d’ouvrir la voie.

Aujourd'hui, la tendance est au "No Bra". C’est à dire “sans soutif”.  Les adeptes vantent confort et meilleure tenue mais surtout une vraie sensation de liberté et ça. C’est le sein des seins.

Le petit + :

De l’après-guerre avec son look à la garçonne à aujourd'hui, le soutien-gorge passe par toutes les formes et quelques évolutions techniques pour tendre à disparaître avec la mode du  « No Bra » adopté par beaucoup de femmes, soit par désir de bien-être soit par esprit rebelle.

Les femmes d'aujourd'hui ne portent plus de soutien-gorge mais, à la plage, portent un maillot 2 pièces, en réponse à leurs mères qui, elles, bronzaient seins nus et portaient des soutiens-gorges à armatures. 

En fait, le soutien-gorge brille autant par sa présence que par son absence.