Les séries France Bleu

On n’arrête pas le progrès - Saison 3

Du lundi au vendredi à 15h30

Image d'illustration
Image d'illustration © Maxppp - MANCEAU SERGE - BENELUXPÏX

Le verre à moutarde

Diffusion du mardi 16 avril 2019 Durée : 2min

On a hâte de le terminer. Hello Kitty, Simpson ou Astérix. Chaque année, entre 8 et 10 nouveaux verres à moutarde décorés sont mis sur le marché.

À la fin du 18ème siècle, Jean-Baptiste Naigeon, un dijonnais gourmet révolutionne la moutarde. Il remplace le traditionnel jus de raisin vert par du vinaigre. Sa recette, plus douce et plus subtile, se transmet de générations en générations. En 1919 Armand Bizouard, un de ses descendants, dépose la marque "Amora" parce que selon lui, c’est un "Amour de moutarde". Quinze ans plus tard, l’entrepreneur Raymond Sachot rachète la petite entreprise avec un bon pressentiment : son nom lui évoque celui d’Amon-Râ, le Dieu égyptien du soleil.

Suivant à la lettre l’adage bourguignon "Il n’est pas de bonnes moutardes dans de vilains pots", il jette les traditionnels pots en grès et les remplace dès 1934 par les fameux verres à moutarde. Pour le moment, ils sont tout simples, sans dessin ni fioritures, mais ils font le bonheur de la ménagère de moins de 50 ans. En 1964, ­Amora a encore une idée de génie : séduire les enfants avec des modèles à l'effigie des fables de La Fontaine.  Certaines familles n’hésitent plus à acheter 12 pots d’un coup pour avoir la collection complète.

Une étude anglaise vient de montrer que les verres à moutarde sont susceptibles de contenir des traces de métaux potentiellement toxiques : le plomb et le cadmium, qui entrent dans la fabrication du verre et des éléments décoratifs. Pas de pot !

Le petit + :

Nous avons tous bu un jour dans un verre à moutarde décoré. Certains s’y sont attachés au point d’en faire de vraies collections, ce sont des bédévitrophilistes.

Mais pour les autres, que deviennent tous ces verres aux personnages de dessins animés, aux signes astrologiques ou aux motifs humoristiques ?  Ils sont réutilisés en pot de confiture maison ou finissent à la déchetterie pour être recyclés comme tous les contenants en verre. 

Le marketing nous fait consommer certains produits, juste pour l’emballage alors qu’ils contiennent des substances potentiellement toxiques pour nos organismes.