Replay du mardi 21 juillet 2020

Itinéraire, caramels et La Rochelle : c'est au menu ce midi !

Vue aérienne de la Rochelle
Vue aérienne de la Rochelle © Getty - Sebastien GABORIT

Aujourd'hui, dans "On n'est pas à l'abri d'faire une bonne émission, l'été" : 

  • Les (bons) mots de Jean Pruvost : 

Qu'il soit "bis" ou "conseillé", on se promène sur l'itinéraire !

  • La gourmandise de l'été : 

On déguste les fameux Caramels d'Isigny

  • Ré-inventez votre été : 

Jean Doridot vous propose de sortir de votre zone de confort à La Rochelle. 

Les (bons) mots de l'été de Jean Pruvost : 

Avant de se lancer dans une grande promenade, en voiture ou une longue ballade à pied, vient toujours le moment où il faut choisir l’itinéraire, mot magique. Quel « itinéraire » va-t-on suivre ? Et souvent carte en main, c’est le moment des hésitations. Itinéraire, c’est le mot que vous avez choisi, Jean, un mot qui a fait du chemin sans doute depuis son apparition ? 

En effet. Tout commence en latin classique avec le mot itineris, désignant un chemin, ce qui a donné en bas latin itinerarium, d’où est venu en 1351 notre itinéraire. Alors ce qu’il faut savoir, c’est qu’au tout départ un itinéraire n’est pas synonyme de trajet choisi, mais le récit écrit d’un voyage, d’une expédition militaire ou d’un pèlerinage, avec la description plus ou moins détaillée des pays traversés. Et en 1690, voici la définition encore donnée : « Description que fait un voyageur de son voyage, & de ses singularités qu’il a observées dans les lieux où il a passé ». Et s’y ajoute un sens religieux : « En termes d’église, se dit des prières que doit faire un voyageur, quand il commence son voyage », et il s’agit bien sûr des pèlerinages.

Alors de quand date le sens moderne, qui aboutit par exemple à un itinéraire de chemin de fer, Jean ? 

Eh bien tout naturellement du XIXe siècle, avec le développement des voyages et du tourisme, eh bien sûr avec le chemin de fer qui dans la seconde moitié du XIXe a constitué une véritable révolution en termes de transport. De l’itinéraire d’Alexandre, sa relation de voyage sous l’Antiquité, ou de L’itinéraire de Paris à Jérusalem publié par Chateaubriand en 1811, on est passé aux itinéraires touristiques en même temps qu’aux indicateurs de chemin de fer. Mais en fait depuis le XVIIe existaient aussi au sens propre les mesures itinéraires, c’est-à-dire les distances d’un point à un autre et, au sens figuré, l’itinéraire spirituel de quelqu’un. Bon alors, si la personne qui pilote votre ballade se trompe, vous pouvez toujours lui dire sur un ton un peu pincé : « Cher ami quel itinéraire intellectuel vous a conduit à choisir un itinéraire aussi chaotique ! Bon… bon itinéraire tout de même ! 

Mots clés:
  • Humour