Replay du mardi 4 août 2020

On met son chapeau, on s'attarde sur la volaille et on file en Vendée : c'est au menu ce midi !

En matière de chapeaux, on vous laisse le choix !
En matière de chapeaux, on vous laisse le choix ! © Getty - Peter Cade

Aujourd'hui, dans "On n'est pas à l'abri d'faire une bonne émission, l'été" : 

  • Les (bons) mots de l'été de Jean Pruvost : 

De paille ou en accent, on en a tous un... de chapeau ! 

  • La gourmandise de l'été : 

On parle volaille avec Antoine Westermann, chef du restaurant Le Coq Rico à Paris.

  • Ré-inventez votre été : 

Jean Doridot vous emmène en Vendée pour y apprendre à pardonner. 

Les (bons) mots de l'été de Jean Pruvost : Chapeau !

L’été, quand le soleil tape fort, qu’il s’agisse des enfants ou des adultes, on porte volontiers un chapeau. Mais évidemment, pas un chapeau melon, plutôt une casquette à visière, un chapeau de paille, il s’agit tout simplement d’échapper au coup de soleil sur la tête. Vous nous en dites davantage, Jean ? 

Eh bien oui, en rappelant d’abord que tout vient du latin cappa, un capuchon, une capuche, et que sans doute ce mot était en rapport avec le latin, caput, la tête. De cappa, la capuche, est né cappellus, une petite capuche, en fait un couvre-chef comme on dit, et puis à la fin du XIe siècle, capellus a donné le français chapel, prononcé chapeau dès le XIIIe siècle. En réalité de caput, la tête était né aussi chap, déformé en chef, la tête, d’où le couvre-chef. En 1694, dans le Dictionnaire de l’Académie, le chapeau est défini comme un « habillement de teste pour un homme, [avec] une forme & des bords » fait « de laine et de poil qu’on foule ». Et on y citait des expressions aujourd’hui disparues.

Vous nous en donnez des exemples, Jean ? 

Volontiers. Signalons tout de suite que sur les chapeaux de laine, de poil de lapin, ou de castor, on mettait parfois une fleur, d’où l’expression « cet(t)e ami(e) est la plus belle rose de son chapeau ». Et comme on ôtait son chapeau devant quelqu’un d’important, on faisait donc chapeau bas, d’où l’expression abrégée, pour féliciter quelqu’un en lui disant Chapeau ! Du béarnais, birrum, est venu aussi au XIXe le béret, basque au départ. Quant à la casquette, elle est issue bien sûr du casque, qui lui-même vient du verbe latin cascar, briser, le casque étant d’abord destiné à briser les coups donnés. La casquette a d’ailleurs longtemps été rigide. On va laisser finalement le mot de la fin aux auteurs de mots croisés qui définissent le chapeau, comme …un protecteur haut placé, bien sûr, nous protégeant notamment des ardeurs du soleil. Retenons aussi, autre définition de mot croisé, le melon du chef ! Bon on va quand même éviter d’avoir le melon, sous son chapeau ! En fait tant qu’on ne travaille pas du chapeau tout va bien !

Mots clés:
  • Humour