Replay du mardi 18 août 2020

Feu de camp, gourmandises bretonnes et Le Havre : c'est au menu ce midi !

Feu de camp, image d'illustration
Feu de camp, image d'illustration © Getty - oleh_slobodeniuk

Aujourd'hui, dans "On n'est pas à l'abri d'faire une bonne émission, l'été" : 

  • Les (bons) mots de l'été de Jean Pruvost : 

On a tous des souvenirs de feu de camp, non ? Jean, lui, en connaît l'origine ! 

  • La gourmandise de l'été : 

On parle de gourmandises bretonnes avec Bruno Diaz, Directeur Général Loc Maria Biscuits.

  • Ré-inventez votre été : 

Jean Doridot vous emmène sur le port du Havre pour y trouver l'équilibre intérieur et extérieur.

Les (bons) mots de l'été de Jean Pruvost : Feu de camp !

En camping, mais aussi çà et là quand c’est autorisé, il y a la tradition des « feux de camp » qui rassemblent un groupe le soir venu, parfois pour chanter ensemble, ou tout simplement pour discuter, rêver, bénéficier de la chaleur du feu. En fait, le feu de camp fait penser aux colonies de vacances, aux maisons familiales, et en tout cas aujourd’hui surtout aux vacances. C’est une formule ancienne, Jean ? 

La réalité est très ancienne, parce que dès que l’homme a fait du feu, la tribu se réunissait tout autour le soir pour être au chaud et en sécurité, puisque les flammes éloignaient les bêtes sauvages. Ensuite le feu de camp fut militaire. Par exemple, dans nos dictionnaires du XVIIe siècle, on évoque « les feux de l’armée », c’est-à-dire « les feux qu’on allume la nuit dans un camp ». Enfin, ce sera le feu allumé pour une veillée. Et le CNRS dans le Trésor de la langue française achevé en 1994, définit alors ainsi le feu de camp : le « Feu en plein air autour duquel les membres d’un groupe se réunissent pour passer la veillée ». C’est cependant à dissocier des « feux de joie ». 

Vous nous rappelez la différence, Jean ? 

Eh bien le feu de joie est celui qu’on allume en signe de liesse, jadis souvent lié aux fêtes religieuses comme le Feu de la Saint Jean, allumé la nuit de la Saint-Jean, en principe le 23 juin. Anatole France en donne en 1899 une belle description évoquant « les gars du pays allumant le feu de la Saint-Jean auquel d’autres feux répondaient de toutes les hauteurs voisines ». Par ailleurs, de leur côté, les scouts et les campeurs ont revigoré la tradition du feu de camp. En 1951, Jan Doat écrit par exemple que « l’usage de se réunir la nuit autour d’un feu de camp pour chanter et s’exprimer en commun se généralise avec le camping ». Pendant que n’a jamais cessé le feu de camp allumé le soir à côté des roulottes avec des guitaristes jouant du flamenco. La vague des hippies, guitaristes, avait aussi relancé cette tradition. Hélas, il y a eu des imprudences et aujourd’hui on a peur des. Bon, ben je vais jouer de la guitare autour d’une lampe à gaz… 

Mots clés:
  • Humour