Replay du mercredi 19 août 2020

Roman de l'été, Canard de Quercy et Valence : c'est au menu ce midi !

On a tous déjà eu cette position avec notre livre, non ?
On a tous déjà eu cette position avec notre livre, non ? © Getty - Aurelie and Morgan David de Lossy

Aujourd'hui, dans "On n'est pas à l'abri d'faire une bonne émission, l'été" : 

  • Les (bons) mots de l'été de Jean Pruvost : 

Polar, romance, biographie : on se penche un peu sur l'incontournable de notre sac de plage : le roman de l'été ! 

  • La gourmandise de l'été : 

On parle du Canard de Quercy avec Patrick Sarradeil, gérant du restaurant "On passe à Table" à Saint-Géry (Midi-Pyrénées).

  • Ré-inventez votre été :

Direction Valence dans la Drôme pour suivre votre propre courant avec Jean Doridot.

Les (bons) mots de l'été de Jean Pruvost : Roman de l'été ! 

Il n’y a sans doute pour ainsi dire personne qui n’ait pas lu un roman dans sa vie, roman d’amour, roman policier, roman d’aventure, roman de science-fiction. Et de fait, on part souvent en vacances avec un ou deux romans parce qu’on a davantage de temps. Mais en fait si les romans nous accompagnent, parfois quand l’existence de quelqu’un est mouvementée, on dit aussi que sa vie est tout un roman. Alors, Jean, il vient d’où ce mot, « roman » ? 

C’est vrai que ce mot n’a rien de transparent à première vue, il y a bien le mot romantique de la même famille, mais on ne voit pas vraiment le rapport, et le mot roman est bien plus ancien que l’adjectif romantique. Alors, il y a d’abord eu un latin populaire, romanice, signifiant littéralement, « à la façon des Romains », par opposition aux mœurs peu raffinées des Francs. En fait, c’est en 1135 que le mot passe en français sous la forme romanz, en désignant la langue du Nord de la France, mélange de celtique, de germanique et de latin, qui va définir en vérité notre plus ancien français. 

Mais pour le moment on est loin du livre qu’on lit, Jean ? 

En effet, il faut attendre 1155 pour bénéficier du mot roman en tant qu’œuvre d’une certaine longueur comme le Roman de la Rose d’abord écrit en vers puis en prose. Et dans la seconde moitié du XIIIe siècle, apparaît le roman d’aventure, à propos des Chevaliers de la Table ronde. Enfin, en 1652, le mot « roman » prend aussi un sens figuré en tant que tissu de mensonges. Mais quel roman il nous raconte là ! En fait, c’est vraiment au XIXe que le roman va devenir un genre littéraire prédominant. Grâce à des géants comme Victor Hugo, Flaubert, Zola, mais aussi au XXe siècle Marcel Proust, Camus, y compris les étrangers comme Stephen King. Le roman est dès lors sujet de réflexion. Par exemple Jules Goncourt déclarant « l’histoire est un roman qui a été et le roman de l’histoire qui aurait pu être ». Mais pour l’été, la définition que je préfère reste celle des mots croisés : Moyen d’évasion ! Magnifique moyen d’évasion en effet. 

Mots clés:
  • Humour