Replay du lundi 24 août 2020

Hamac, Confiserie des Hautes Vosges et Chambord : c'est au menu ce midi !

On a l'air bien dans ce hamac !
On a l'air bien dans ce hamac ! © Getty - Jo McRyan

Aujourd'hui dans "On n'est pas à l'abri d'faire une bonne émission, l'été"

  • Les (bons) mots de l'été de Jean Pruvost : 

Monter dessus est périlleux mais le jeu en vaut (de faire) la chandelle : grimpez sur le hamac de France Bleu !

  • La gourmandise de l'été :

On parle de la Confiseries des Hautes-Vosges avec Fabienne Picard, PDG de la CDHV.

  • Ré-inventez votre été avec Jean Doridot : 

Direction Chambord pour y trouver la perfection, sans le perfectionnisme. 

Les (bons) mots de l'été de Jean Pruvost : Hamac !

En hiver, ce n’est pas fréquent de s’installer dans un hamac, tendu entre deux arbres ou sur un support. Mais en été, c’est particulièrement agréable et symbole de sieste tranquille après le repas. Ce n’est pas un mot qui paraît venir de la langue française, vous nous en racontez l’origine, Jean ? 

Avec grand plaisir, je ne suis pas encore dans mon hamac… Tout part de Haïti, où se parlait une langue le taino, à l’arrivée des Espagnols. Existait donc le mot hamacu, que les Conquistadores ont emprunté, en l’écrivant hamaca, avec un h et un c, on est là en 1525. Ce mot est passé ensuite en français par le biais des récits de voyage italiens, notamment du premier Voyage autour du monde de Magellan, une traduction donnée en italien. Et c’est ainsi que le mot hamac rejoint nos dictionnaires, notamment celui de Furetière en 1690, avec une définition très précise. 

Une définition que vous pouvez nous lire, Jean ? 

Volontiers. La voici : « Hamac » : lit de coton qui consiste en une grande […] couverture, dont fait grand trafic en toutes les Indes Occidentales. Pour s’en servir on le suspend à deux arbres, il garantit ainsi des animaux farouches & des insectes. » De fait, avec cette définition, on en comprend mieux les avantages. Ce qui suit ne manque pas non plus de charme. « Les [habitants des] Caraïbes, poursuit Furetière, sont si superstitieux, qu’ils les travaillent avec grande cérémonie. Ils mettent au bout du métier des paquets de cendre, ; faute de quoy ils croient que leur hamac ne dureroit pas. » Enfin, « S’ils avoient mangé des figues quand ils ont un hamac, ils croient que cela le feroit pourrir, & ils n’osent manger d’un poisson qui a de bonnes dents, croyant que cela seroit cause que le hamac seroit bientôt percé » Vous avez donc ici la conduite à suivre ! Alors, ajoutons une définition de mots croisés que je n’ai pas comprise tout de suite : sous plus loin marin. Eh bien oui, ce fut longtemps le lit adopté pour les marins, donc sous marins. Bien, je retourne à mon hamac…

Mots clés:
  • Humour