Replay du jeudi 27 août 2020

Périple, madeleines et Pau : c'est au menu ce midi !

Vous prendrez bien une ptite madeleine ?
Vous prendrez bien une ptite madeleine ? © Getty - Vrinda Thamara Valappil / EyeEm

Aujourd'hui, dans "On n'est pas à l'abri d'faire une bonne émission, l'été" : 

  • Les (bons) mots de l'été : 

C'est tout un périple de vous en parlez... de périple.

  • La gourmandise de l'été : 

On parle des Madeleines avec Benoit Martinet, directeur commercial de la Biscuiterie Jeannette à Caen dans le Calvados.

  • Ré-inventez votre été avec Jean Doridot : 

Direction Pau pour y augmenter votre courage.

Les (bons) mots de l'été de Jean Pruvost : Périple !

Le mois d’août est presque achevé, et vous avez peut-être en mémoire différents périples qui vous ont plu, ou bien vous avez choisi aussi pour le retour un périple particulier. « Périple », Jean, c’est le mot que vous avez envie de radiographier, mais en fait, il n’y a pas de verbe qui y correspond, on ne peut pas dire qu’on a « périplé ». Alors d’où vient ce mot, Jean, c’est un mot très ancien ? 

Eh bien oui, puisqu’on en trouve en effet la première trace en grec avec le mot periplous, construit à partir du verbe periplein, dans lequel il faut repérer la racine peri, autour, celle qu’on retrouve dans le périphérique qui fait le tour d’une grande ville par exemple, et le verbe plein, signifiant naviguer. Et donc ce mot periplous, passé en latin presque tel quel et finalement entré en français tardivement en 1629 avec à peu près la même prononciation, a tout d’abord désigné le fait d’un voyage en bateau autour d’une mer, d’un pays, d’une partie du monde. C’est de fait un synonyme d’un mot encore plus savant, de même sens, la « circumnavigation ». En fait, jusqu’au XIXe siècle, le sens principal en est bien maritime. Il faut patiemment attendre 1898 pour qu’un périple puisse aussi être un voyage, une randonnée par voie de terre circulaire ou non. 

En définitive, le sens moderne est très récent… 

Effectivement, et de fait, ce sens terrestre, si je puis dire a été souvent critiqué, les puristes considérant qu’on devait user du mot « périple » qu’en matière nautique. On a longtemps repoussé par exemple l’idée qu’une voiture pouvait effectuer un périple, pourtant l’écrivain Céline l’avait utilisé dès 1936. En revanche on a tout de suite accepté que « périple » puisse bénéficier d’un sens figuré, l’éditeur Grasset a pu dire par exemple que l’œuvre de Marcel Proust correspondait « à un périple de vingt années d’exploration de la société qu’il voulait décrire. » En tous cas, si vous avez effectué un « périple » en bateau, c’est le moment de dire que vous usez du mot exact. Et puis n’hésitez pas, inventez un mot : ah comme j’ai bien périplé tout au long de ces vacances… 

Mots clés:
  • Humour