Replay du mardi 26 octobre 2021

Nucléaire, renouvelable : et si nous arrêtions d'opposer les énergies ?

- Mis à jour le

Notre consommation énergétique augmente, quelle solution durable peut-on trouver ?

Et si nous arrêtions d'opposer nucléaire et renouvelable ?
Et si nous arrêtions d'opposer nucléaire et renouvelable ? © Getty

Autour de Willy Rovelli, on retrouve Fred Ballard, Johann Roques et Fabien Emo pour parler de l'énergie nucléaire ! 

Le nucléaire, l'énergie de demain ? 

Colette Lewiner, experte en énergie, revient sur l'opposition entre le nucléaire et les énergies renouvelable : "l'objectif c'est d'avoir une énergie la plus décarbonée possible. Il faut arrêter l'opposition, ce n'est pas réaliste. Les énergies renouvelables ont eu des coûts qui ont baissé de manière importante, il faut en faire plus, il n'y a aucun doute. Or, elles ont des inconvénients comme l'acceptabilité du public, la surface au sol et elles sont intermittentes. Quand il n'y a pas de soleil, il n'y a pas d'électricité pour l'énergie solaire". Mais nos besoins en énergie ne peuvent pas s'appuyer sur des énergies intermittentes. Pour notre experte, le nucléaire reste indispensable : "il faut garder le nucléaire à condition que les centrales soient sûres et il faut plus de solaire, plus d'éoliens à un rythme possible et plus acceptable". L'idée serait donc d'arriver au moins à un ratio de 50/50. C'est donc sur le nucléaire qu'il faut travailler, notamment sur les déchets radioactifs même si : "en France, les déchets radioactifs représentent l'équivalent d'une petite bille par habitant et par an" selon notre experte.  En revanche, le prix de l'électricité "à terme, l'énergie sera effectivement très chère". Elle vous explique tout dans notre podcast. 

Le renouvelable doit se développer

Lundi, RTE a présenté un rapport sur les 6 scénarios possibles de l'énergie du futur. En écho à notre premier invité, Jean-Louis Bal, président du syndicat des énergies renouvelables se dit "très satisfait des conclusions de ce rapport" face à la croissance de la consommation énergétique à venir appuyant, lui aussi, sur la nécessité de venir renforcer le parc de production des énergies renouvelables : "On produit actuellement 8% de notre électricité grâce à l'éolien terrestre". Le prochain parc d'éolienne en mer à Saint Nazaire fera encore augmenter la part des énergies renouvelables dans notre électricité : "on va vers les 50% d'énergie renouvelable qui vaut s'appuyer à 14 ou 15% d'énergie hydraulique". Quant au prix de l'énergie, Jean-Louis Bal est lui optimiste : "les énergies renouvelables sont aujourd'hui à des prix très largement inférieur au prix de marché sur la plaque européenne". Dans notre podcast, notre invité revient sur l'acceptation des Français concernant, notamment, l'éolien terrestre.