Toutes les émissions

Objectif emploi en Gironde

Du lundi au vendredi 6h50

Alain Meslier, Délégué Général de la Fédération des Ascenseurs
Alain Meslier, Délégué Général de la Fédération des Ascenseurs - © Fédération des ascenseurs

2500 postes à pourvoir cette année dans la filière des ascenseurs, un lycée d'Eysines propose une formation adaptée

Diffusion du mardi 13 mars 2018 Durée : 2min

"Notre métier souffre de son image : il est aujourd'hui très technique, 100% tourné vers le digital et en pleine expansion". Alain Meslier, Délégué Général de la Fédération des Ascenseurs.

LA PROFESSION RECRUTE. L’avenir étant à la verticalité des grandes métropoles mais aussi des villes moyennes, ce dynamisme urbain ouvre d’importantes perspectives d’embauches pour les ascensoristes. Il s’agit d’une profession de proximité et tournée vers le service, 70% des effectifs travaillant en maintenance. En parallèle d’une reprise d’activité dans le secteur de la construction dans le neuf, la profession s'engage sur les grands enjeux sociétaux en termes de mobilité, d’économie d’énergie, du mieux-vivre et du bien vieillir à domicile. 

SE FORMER AU MÉTIER D’ASCENSORISTE AVEC LA MENTION COMPLÉMENTAIRE. Technicien ascensoriste est un métier technique très complet. Il installe, contrôle, entretient et dépanne l’ensemble des solutions de mobilité verticale existantes dans le parc : ascenseur, monte-charge, escalier mécanique, trottoir roulant, siège monte-escalier, plateforme verticale… Ses terrains d’intervention sont multiples : immeubles d’habitation, bureaux, hôtels, hôpitaux, centres commerciaux, gares… avec des opérations sur l’ensemble des technologies des équipements concernés.  Il faut préparer une mention complémentaire de technicien ascensoriste par exemple au lycée Charles Péguy d'Eysines qui organise une journée portes ouvertes le 17 mars.